"Les forces du régime sous couverture aérienne russe ont pu reprendre le contrôle total de Saraqeb", a dit l’Observatoire. La bataille d’Idlib est loin d’être terminée. L'armée syrienne se replie vers le sud, elle ne tient alors plus dans le gouvernorat d'Idleb que les villes de Jisr al-Choghour et Ariha, quelques villages, l'aéroport militaire d'Abou Douhour et cinq bases militaires[6]. Le 6 janvier, Hayat Tahrir al-Cham s'empare sans combattre de la ville d'Atarib, la plus importante localité de l'ouest du gouvernorat d'Alep[24],[13]. La Turquie soutient le Front national de libération et cherche à affaiblir Hayat Tahrir al-Cham, mais sans vouloir entrer dans une confrontation directe avec lui, qui serait difficile et coûteuse et provoquerait probablement un nouvel exode de réfugiés[13],[14],[15]. Cette fois, la Turquie ne pourra pas faire grand-chose pour protéger les djihadistes. Selon l'OSDH, les combats ont alors fait en quatre jours au moins 45 morts chez loyalistes et 72 du côté des assaillants[22]. » Par Elijah J. Magnier. Une trêve fragile s'installe alors[12]. ►►► Lire aussi : conflit en Syrie : Russes et Turcs, condamnés à s’entendre. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, du 1er au 9 janvier, au moins 68 hommes de Hayat Tahrir al-Cham et 61 hommes du Front national de libération sont tués, ainsi que huit civils, dont trois enfants[5]. Le nord-ouest de la Syrie est divisé en deux camps : un camp sous contrôle turc, reconnaissant l’accord Moscou-Astana, et un autre le rejetant. Peuplée d'environ 100 000 à 200 000 habitants[9],[10], la ville d'Idleb reste quant à elle tenue par les forces du régime syrien, mais elle est presque totalement encerclée, à l'exception d'un corridor filant vers le sud[8],[11]. Les forces locales d'Ahrar al-Cham sont dissoutes[13]. Idlib dans le nord du pays est le dernier bastion des rebelles. "Les forces d’Assad ont lancé une attaque contre Saraqeb et des affrontements très violents se poursuivent à l’intérieur" de la ville, a déclaré à l’AFP le porte-parole du Front national de libération (FNL), coalition rebelle appuyée par la Turquie. La présence des forces américaines dans le nord-est de la Syrie est un problème pour la Russie et le gouvernement syrien, car leur objectif est de «rendre très difficile» la défaite des djihadistes et “d’interdire toute aide [à la reconstruction] pour remettre le pays sur pied.”. La Turquie prévoyait de briser la ligne de défense de la ville de Talhiyah mais a échoué, malgré le nombre important de djihadistes impliqués dans l’attaque. Les djihadistes aident Erdogan à faire entendre sa voix dans la négociation constitutionnelle pour limiter l’autorité du président syrien et d’autres réformes. Le 2 janvier, les combats gagnent en intensité et se propagent dans le nord et le sud-est du gouvernorat d'Idleb, ainsi que dans le nord-ouest du gouvernorat de Hama[18],[19],[20]. Deux sont pris par le Front al-Nosra, trois par un autre groupe, un des prisonniers est exécuté sommairement et un sixième homme parvient à s'enfuir[18]. L'aviation du régime frappe Idleb le 28 mars après la prise de la ville[28]. La météo a été mise à jour pour cette ville, La Turquie a lancé l'opération "Bouclier de Printemps" contre le régime de Damas. Ils rejettent tout retrait. Le dernier assaut est mené dans la nuit contre le carré sécuritaire, où se trouvent notamment la prison centrale et le siège du gouvernorat[23]. L’offensive a provoqué une catastrophe humanitaire, avec près d’un million de déplacés d’après l’ONU, et plus de 400 civils tués, selon l’OSDH. Marie Jégo, Benjamin Barthe et Madjid Zerrouky, Observatoire syrien des droits de l'homme, « Sidération à Idlib après la conquête éclair des jihadistes », Syrie : "les jihadistes de HTS ont progressivement pris le contrôle d'Idleb". Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les djihadistes prennent ainsi le contrôle de la base de Cheikh Souleimane, d'Ainjareh, de Khan al-Assal et de plusieurs autres localités[11]. Ce message s’affichera sur l’autre appareil. La Redoute : -20% pour les adhérents Premium, SFR : -20% sur les forfaits fibre + mobile, Yves Rocher : la livraison offerte dès 15€. La bataille d’Idlib est loin d’être terminée Par Elijah J. Magnier Mondialisation.ca, 14 mars 2020 ejmagnier.com Région : Moyen-Orient et Afrique du Nord Thème: Guerre USA OTAN Analyses: SYRIE Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois. Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 380.000 morts. Mondialisation.ca, 14 mars 2020. ejmagnier.com. Le régime de Bachar al-Assad s’est dit ce lundi déterminé à repousser l’offensive turque. Le Front al-Nosra engage également deux autres véhicules kamikazes[19]. « Il y a très probablement plus de combattants d’Ahrar al-Sham que du Front al-Nusra. La décision de Sayyed Nasrallah a sauvé le front, qui subissait une importante attaque de la part des djihadistes et de la Turquie. De fait, la poche d'Idleb passe presque entièrement sous le contrôle d'Hayat Tahrir al-Cham et de groupes djihadistes alliés[27],[13],[28],[29]. Les drones armés et l’armée de l’air russe seront prêts à intervenir, aux côtés des forces spéciales, pour frapper toute tentative de s’opposer au contrôle russo-turc commun de la M4 et pour faire face à toute présence de djihadistes le long de la route. Mis à jour le 05/09/2018 | 22:53publié le 05/09/2018 | 22:19. Accord entre la Turquie et les États-Unis sur Manbij, Bombardement de la base aérienne d'Al-Chaayrate, Bombardements de Barzé et de Him Shinshar, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Bataille_d%27Idleb_(2015)&oldid=169299998, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Le 25 mars, les combats se poursuivent à l'entrée et aux environs de la ville[12]. Soyez le premier à attribuer une note ! Guerre civile syrienne Coordonnées 35° 55′ 47″ nord, 36° 37′ 54″ est Géolocalisation sur la carte: Syrie Combats de la poche d'Idleb modifier Les combats de la poche d'Idleb ont lieu du 1 er au 10 janvier 2019 lors de la guerre civile syrienne . Deux militaires turcs ont été tués et cinq blessés ce jeudi par une frappe aérienne dans la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé Ankara, accusant l’aviation du régime de Damas d’avoir mené le bombardement. Lecture du Monde en cours sur un autre appareil. L’agence officielle syrienne Sana a indiqué de son côté que l’armée syrienne était entrée dans la ville au terme de violents combats contre les rebelles soutenus par la Turquie. La bataille d'Idleb a lieu lors de la guerre civile syrienne. Elle débute le 24 mars 2015, par une offensive des rebelles syriens contre la ville d'Idleb, capitale du gouvernorat d'Idleb, et s'achève le 28 mars par la prise de la ville. Au-delà du risque djihadiste, cette ville a aussi pour le régime syrien un fort intérêt stratégique. Le 24 mars, l'Armée de la conquête lance son offensive sur Idleb dans plusieurs directions[11]. Lors de la dernière bataille pour le contrôle de la M5 et de Saraqeb, la présence de l’armée turque et des djihadistes sur le champ de bataille a fait 59 morts turcs, soldats et officiers, comme l’a annoncé Erdogan. Le FNL annonce dans un communiqué la « mobilisation générale » pour « bloquer les agressions » de Hayat Tahrir al-Cham[18]. Depuis l’été 2018, la ville d’Idlib et sa région, dans le nord-ouest de la Syrie, sont au cœur de vives négociations et ciblées par d’intenses bombardements. "Deux de nos frères d’armes sont tombés en martyrs et cinq ont été blessés dans une frappe aérienne dans la région d’Idleb", a déclaré le ministère turc de la Défense dans un communiqué, ajoutant qu’Ankara avait riposté par des bombardements. Selon le journaliste syrien Ibrahim Hamidi, il n'y a pas « d’exactions massives après l’entrée des combattants » rebelles[2]. D'autres groupes rebelles moins importants s'y joignent également : Liwa al-Haq, Ajnad al-Cham et Jaych al-Sunna[13]. Le nord-ouest de la Syrie est divisé en deux camps : un camp sous contrôle turc, reconnaissant l’accord Moscou-Astana, et un autre le rejetant. De l’autre côté, il y a la Turquie. Un drame migratoire et humanitaire qui a lieu aux portes de l’Europe. « La vie de millions de Ouïgours ne vaut donc pas plus que quelques caricatures ? ►►► Lire aussi : Syrie : la bataille d’Idleb mènera-t-elle à une confrontation globale ? Après Raqqa, Idleb devient la deuxième capitale d'un gouvernorat à échapper au contrôle du régime syrien[1]. L’Iran et ses alliés ont envoyé un message fort à la Turquie, avertissant qu’ils n’avaient pas l’intention de s’engager dans une guerre contre les troupes d’Ankara, mais qu’ils le feraient si la Turquie continuait de bombarder leurs positions. Selon l'OSDH, dans la soirée le bilan est d'au moins 20 morts chez les loyalistes et 20 autres chez les rebelles islamistes[12]. Tout dépend de la détermination de l’armée turque et de ses alliés dans la région d’Idlib à adhérer au cessez-le-feu et de la conviction de la réponse russe si le cessez-le-feu est violé. Voir la vidéo. Le bilan est revu à la hausse le lendemain par l'OSDH et passe à 126 tués pour les rebelles[30],[31], puis à 132 le 31 mars[7]. Les patrouilles turco-russes sont censées sécuriser la M4 après une réunion de trois jours à Ankara entre les militaires russes et turcs pour coordonner les patrouilles conjointes et empêcher toute attaque de la part des djihadistes. Le président turc veut diviser la Syrie et garder le contrôle du nord, Idlib en particulier, car il représente la première ligne de défense devant Afrin. Ankara (Turquie) renforce son dispositif militaire aux portes de la Syrie et craint un afflux de réfugiés. Dans un communiqué, l’armée russe a elle annoncé que des unités de sa police militaire étaient entrées dans Saraqeb ce lundi en fin d’après-midi, "étant donné l’importance de garantir la sécurité et la libre circulation des transports et des civils sur les autoroutes M4 et M5". Ce sera un choix difficile pour eux : faire la guerre à la Turquie et tout perdre, ou espérer qu’Ankara continuera à manœuvrer et prolongera sa présence pour une année de plus. Après la victoire des loyalistes lors de l'offensive de Deraa, la région d'Idleb est une des dernières zones de Syrie encore contrôlée par les rebelles[6],[7],[8]. Affaibli par neuf ans de guerre, mais soutenu par la Russie, le président syrien souhaite reprendre ce qu’il considère être « un nid à terroristes ». Quels sont les lieux les plus à risque pour attraper le Covid-19 ? Le président turc veut diviser la Syrie et garder le contrôle du nord, Idlib en particulier, car il représente la première ligne de défense devant Afrin. Les djihadistes se seraient emparés de 25 chars et blindés lourds, de plusieurs dizaines de véhicules et de plusieurs dizaines de tonnes d'armes et de munitions[23]. La présence turque en Syrie est devenue plus problématique que l’occupation américaine tant que ce président turc est au pouvoir. Soutenues par la Turquie, certaines factions rebelles se préparent au combat tout comme un groupe djihadiste proche d'Al-Qaïda, qui contrôle une bonne partie de la province. La communauté internationale redoute un bain de sang à Idlib en Syrie. Les bombardements continuent et les services aux citoyens sont affectés[32]. Ce dernier restera connecté avec ce compte. Cependant, l’armée syrienne et ses alliés utilisent toujours la route plus sûre Alep-Ithriya-Khanaser. Deux jours avant l'attaque, un hélicoptère de l'armée syrienne s'écrase près du Jabal al-Zawiya et cinq membres d'équipage sont capturés[18]. Ces groupes, avec Abu Imara, Tansiqiyat a-Jihad et la brigade Muhajereen ont juré de s’opposer à la Turquie et à la Russie dans les zones rurales d’Idlib. Non. La communauté internationale redoute un bain de sang à Idlib en Syrie. Dans cette guerre, au-delà d’une querelle territoriale, c’est l’avenir d’une population prise au piège des bombardements qui se joue. Des violences sont cependant commises, deux chrétiens travaillant dans un magasin d'alcool sont notamment assassinés par des hommes du Front al-Nosra[2],[3]. Vingt-quatre heures auparavant, le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a ordonné l’envoi d’un grand nombre de forces spéciales de Ridwan pour consolider la ligne de front, malgré la contestation de ses commandants sur le terrain. L’accord de Moscou (et avant celui d’Astana) libère la M4 du contrôle des djihadistes qui sont principalement des combattants étrangers. 15.03.2020. par Elijah J. Magnier. Saraqeb se situe à la jonction de deux autoroutes clés : la M5 qui relie la capitale Damas à la grande ville d’Alep (nord) et la M4, qui connecte Alep à la province côtière de Lattaquié, autre bastion du régime. Pourquoi la lumière artificielle menace-t-elle les animaux ? Le porte-parole des groupes pro-Ankara, Naji Mustafa, a affirmé pour sa part que les forces du régime avaient pris une partie de la ville. Idlib est le fief de l’ancien front al-Nosra lié à Al-Qaeda. Selon la délégation russe, les Turcs ont réalisé que la M5 avait été ouverte de force et que la M4 suivra si les djihadistes ne se retirent pas. Néanmoins, dans les mois qui suiventle Jabhat Al-Nosra supplante les autres composantes de l'Armée de la conquête et instaure sur la ville son autorité[32]. La défense de la ville est assurée par l'armée syrienne et les milices des Forces de défense nationale et des comités populaires[12]. Si les djihadistes refusent de se retirer et continuent de violer le cessez-le-feu (trente violations enregistrées en quatre jours), il y aura suffisamment de raisons pour une intervention militaire lorsque toutes les options seront épuisées. En effet, même si Erdogan a affirmé à Moscou sa volonté de préserver l’unité de la Syrie, il peut toujours se cacher derrière plus d’une excuse pour rester en Syrie. Pourquoi la bataille d’Idlib est-elle si importante pour le futur de la Syrie, et de la région ? Une ville située à seulement 25 km de la frontière turque. Cependant la défaite de ses alliés fragilise son influence dans la poche d'Idleb, de même que l'accord sur l'instauration d'une zone démilitarisée qu'elle avait conclu en septembre 2018 avec la Russie[30],[15]. Plusieurs autres factions du FNL se joignent alors aux combats[18]. Ils occupent une zone tampon et représentent un atout important qu’il peut utiliser pour combattre dans différentes parties du monde, à savoir l’Égypte, la Libye, la Syrie, l’Irak ou partout où il veut être présent. », La salade haricots et poutargue : la recette de Marine Bidaud, 25 films d’aventure à découvrir depuis son canapé. Avant de se retirer de la ville, les loyalistes exécutent 15 prisonniers dans un centre de détention[4],[27]. Idlib est située dans le nord-ouest de la Syrie, limitrophe à la province du sud de la Turquie de Hatay et est bordée à l’est par la province d’Alep, au nord-est par la ville d’Afrin (relevant du Rif d’ Alep), au sud par la province de Hama et au sud-ouest par la province de Lattaquié. Cette alliance appelle les habitants d'Idleb à rester chez eux et les soldats sunnites à venir les rejoindre[11],[14]. Contrairement à l’armée syrienne, la Turquie est capable de négocier la présence américaine dans le nord-est de la Syrie occupée par les États-Unis. Des groupes djihadistes, dont Ansar al-Tawheed wal-Jihad, Ansar al-Islam, Ansar al-Deen et Hurras al-Deen (al-Qaïda à Bilad al-Sham) ont décidé de s’opposer à l’accord russo-turc et d’attaquer la patrouille conjointe le long de la M4. “Tant qu’Erdogan sera au pouvoir, les problèmes entre les deux pays persisteront. », « La crise dans la coopération industrielle franco-allemande pourrait devenir une crise de l’intégration européenne », « La droite ne dispose à ce jour d’aucune procédure légitime pour départager ses prétendants à la présidentielle », La loi sur la recherche scientifique, une occasion manquée, « Assaut », « Christine »… Sept films pour redécouvrir John Carpenter, Megan Rapinoe : « Je m’agenouillais pour dénoncer la suprématie blanche et les violences policières », « Wara », sur TV5 Monde : une saga politique sur fond de mélodrame, John Carpenter : « Je refuse d’être tenu responsable pour ce qui s’est passé en 2020 », Sexisme, harcèlement, agressions sexuelles en cuisine : cinq cheffes brisent l’omerta, S’aimer comme on se quitte : « Il y a une fille de cinquième qui est en crush sur toi ! Les combattants du FNL peuvent rester dans la région et ceux qui refusent l'autorité des djihadistes peuvent se replier vers la région d'Afrine, contrôlée par l'Armée nationale syrienne[22]. La Syrie considère qu’Erdogan n’abandonnera pas les djihadistes qui obéissent à ses instructions. Le commandement turc a été irrité suite à la destruction d’un blindé de transport de troupes par un missile à guidage laser (9M133 Kornet) tiré par des alliés syriens tuant tous les militaires turcs qui s’y trouvaient. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les islamistes engagent 2 000 hommes et 40 véhicules de transport de troupe dans la bataille[1]. Si Idlib est libéré, l’armée syrienne ira frapper à la porte du nord.”. 16 mars 2020 16 mars 2020. Suite à la victoire de Hayat Tahrir al-Cham, l'armée arabe syrienne bombarde, avec l'aide de l'armée de l'air russe, le gouvernorat d'Idleb[31]. Les combattants rebelles qui l'occupaient sont évacués vers Afrine[24]. Le matin du 26 mars, les rebelles islamistes contrôlent 17 checkpoints[20],[21]. Les combats de la poche d'Idleb ont lieu du 1er au 10 janvier 2019 lors de la guerre civile syrienne. Le président Erdogan n’a pas l’intention de restituer Idlib au gouvernement syrien. - © AAREF WATAD - AFP, Syrie catastrophe humanitaire à Idlib - 18/02/2020, Visionnez gratuitement les vidéos du programme Journal télévisé - Sujet par sujet en streaming sur Auvio. Des sources proches du président Bachar al-Assad ont déclaré que le problème n’était pas avec la Turquie mais avec le président Erdogan lui-même.
Pierre D'argent Laco, Petit-fils : Définition, Film Science Fiction Récent, Salaire Ingénieur Mécanique Usa, Tableau De Bord Financier Cas Pratique, Architecte En Ligne, Jean-pierre Foucault Paula Pesa łeba Leska, Raclement De Gorge Psychologique,