En 1660, Louis XIV et sa mère se rendront en personne à Cotignac pour y prier et remercier la Vierge[24], puis en 1661 et 1667, le roi fera porter des présents à l'église de Cotignac, par le frère Fiacre, en son nom[25],[g]. Son avancement crée des mécontentements, d'autant que le favori du roi est un très mauvais homme d'État. Le 7 février 1638, le roi et la reine reçoivent officiellement le frère Fiacre pour s'entretenir avec lui sur les visions qu'il dit avoir eu de la Vierge Marie[20] et de la promesse mariale d'un héritier pour la couronne. Conscient des dilemmes qui agitent le roi, Pierre Corneille lui dédie plusieurs répliques du Cid. Les propagandistes du futur François Ier répandent la rumeur sur sa sénilité, son impuissance et le fait qu'il se serait épuisé dans la chambre à coucher à force de vouloir concevoir un fils avec Marie Tudor[13]. Perpignan, le Roussillon, et la Catalogne en révolte contre l'Espagne sont annexés à la France, de même que l'ensemble de la Savoie et du Piémont, ainsi que la ville de Casale Monferrat. A l'issue de l'entretien, le roi missionne officiellement le religieux pour aller à l'église Notre-Dame-de-Grâces de Cotignac, en son nom, faire une neuvaine de messes pour la bonne naissance du dauphin[18],[20],[21],[N 6]. Ce mariage est vécu par Louis d'Orléans comme un affront. Anne d'Autriche et ses deux enfants, le futur Louis XIV, et Philippe, duc d'Orléan. Il s'ensuit de grandes querelles entre Anne et Louis. Alors que Henri IV avait songé à marier son héritier avec la princesse Nicole de Lorraine, héritière des duchés de Lorraine et de Bar, ce qui aurait porté pacifiquement la frontière française jusqu'aux Vosges, le 21 novembre 1615 à Bordeaux, Marie de Médicis marie le jeune roi à Anne d'Autriche, infante d'Espagne[12]. À la mort de Louis XI, il échoue à obtenir la régence aux états généraux de Tours, confiée à Anne de Beaujeu. Il leur voue donc une dévotion éternelle et un profond respect. Pour Louis, c'est une humiliation de plus, car, conformément à la mémoire des choix de son père, il ne voit en Anne qu'une Espagnole et par conséquent une ennemie. De 1620 à 1628 (siège de La Rochelle), il combat et massacre les protestants puis détruit les fortifications de leurs places-fortes. Elle peut tout de même se reposer sur l’attention que lui porte le roi, son père[2]. Tous les autres mémorialistes, dont l'ambassadeur de Venise Contarini qui était présent, disent que le roi tomba à genoux devant son fils et l'embrassa. Les deux hommes partagent une même conception de la grandeur de la France et des priorités qui s’imposent dans le domaine politique. Alexandre passe sa jeunesse à Villers-Cotterêts, puis travaille 3 ans comme clerc de notaire à Villers … Lorsque le roi est assassiné, en 1610, Louis, a 9 ans. Toutefois, il poursuit la même politique. Le roi y apparaît souvent comme un personnage triste et infortuné. En 1660, Louis XIV et sa mère se rendront en personne à Cotignac pour y prier et remercier la Vierge[23], puis en 1661 et 1667, le roi fera porter des présents à l'église de Cotignac, par le frère Fiacre, en son nom[24],[N 7]. Les difficultés qu'il rencontre en 1638 ainsi que son tempérament très pieux l'amènent à placer la France sous la protection de la Vierge Marie. Ces deux naissances écartent du trône le comploteur impénitent qu'était Gaston d'Orléans, le frère du roi, et limitent les complots à ceux qui veulent prendre la place du Cardinal, malade (conspiration de Cinq-Mars). La suite royale accourt alors que Buckingham s'éclipse. Elle ne portait jusque-là que des robes espagnoles ne laissant voir aucune partie du corps. La principale source de ces marottes est un petit livre attribué à un certain Pierre Le Noble, assez rare, imprimé à Cologne en 1692, sous ce titre : On lui a prêté une intrigue amoureuse avec. Miniature des Remèdes de l'une et l'autre fortunes de Pétrarque par Jean Pichore (BnF Ms Fr 225, fo 165). À partir de ce moment, les relations entre Anne et Louis XIII ne cessent de s'améliorer et Louis reste longuement à son chevet lors de sa grave maladie en janvier 1620. Louis est âgé de neuf ans lorsque son grand-père Philippe Auguste meurt, le 14 juillet 1223.C'est alors son père, Louis « le Lion » qui devient roi mais pour une courte durée puisqu'il meurt trois ans plus tard, le 8 novembre 1226 [L 8].Le 3 novembre, soit quelques jours avant sa mort, Louis VIII fait venir dans sa chambre les barons, prélats et personnages importants de l'armée pour leur faire promettre que, dès … La comtesse Inés de la Torre, Première dame d'honneur, est remplacée par Marie de Rohan, la propre femme du duc de Luynes (la future duchesse de Chevreuse), surintendante de la maison de la Reine. L'allié du monarque Bourbon est le protestant Gustave II, roi de Suède. Après six semaines de terribles coliques et vomissements, Louis XIII meurt le 14 mai 1643, soit 33 ans jour pour jour après son père Henri IV (assassiné le 14 mai 1610) et son accession au trône. Anne d'Autriche n'en tient pas compte et le fait casser dès qu'elle en a connaissance. Anne est l’aînée du couple royal espagnol. Le roi est dans une position délicate, d'un point de vue politique comme religieux, puisqu'il se retrouve en conflit avec deux souverains catholiques Habsbourg : le roi Philippe IV d'Espagne ainsi que Ferdinand III, roi de Hongrie et de Bohême, puis empereur en 1637. Le choix de Richelieu est fondamental pour comprendre la politique de Louis XIII. Certains historiens doutent de cette version qui ne leur semble avoir été montée que pour éviter d'ultérieures contestations sur la légitimité du mariage de la part des opposants en France (Prince de Condé, chefs huguenots). En 1615, Louis XIII épouse Anne d'Autriche, et Élisabeth le dauphin Philippe, prince des Asturies. L'indifférence voire la méfiance que le roi éprouvait pour elle, ont conduit les historiens à s'interroger sur sa sexualité. En 1626, la reine, poussée par la duchesse de Chevreuse, participe au complot du comte de Chalais, ayant pour but de destituer le roi et mettre son frère et héritier, le joyeux Gaston de France, sur le trône. Parmi les autres sources, il cite le journal de Jean Héroard, le médecin du roi, dans lequel il relève les inclinations du jeune roi pour les domestiques qui travaillent à son service : il y a Saint-Amour son cocher, Haran son valet de chiens, ou encore Descluseaux, un soldat sous les ordres duquel le jeune roi joue les sentinelles durant la nuit et monte la garde de sa propre chambre, avant d'être fait prisonnier et conduit par lui dans son lit[38]. La naissance tardive de son premier fils est considérée par le couple comme « un don du Ciel », et amène le roi à signer le Vœu de Louis XIII (consacrant le royaume de France à la Vierge Marie), avant même la naissance de l'enfant. L'Académie française va jusqu'à proposer un concours d'éloge du « Père du peuple » cinq ans avant que n'éclate la Révolution française, concours remporté par l'abbé Noël[20]. Il utilise les recettes des impôts pour le bien du pays en entretenant le réseau routier. Selon la tradition, Anne d'Autriche est nommée régente du royaume (le 18 mai 1643). Richelieu combat les protestants moins d'une façon planifiée que pour assurer l'autorité de l'État. Il est à l'origine de l'édit qui fait obligation aux évêques d'octroyer une rémunération aux officiers du culte. L'escalier, château de Chaumont-sur-Loire (1498-1510). Louis XIII, premier fils du roi Henri IV et de la reine Marie de Médicis, naît au château de Fontainebleau. De nombreux opuscules, provenant le plus souvent des Hollandais, alors fortement hostiles à la France, affublent la reine d'une liste impressionnante d'amants. De plus, Anne, contrairement à sa belle-mère envers Louis XIII, n'accapare pas le pouvoir. Louis XV, marié en 1725 alors qu'il a à peine quinze ans, mais montrant un enthousiasme certain à remplir ses devoirs conjugaux, est père très tôt. Dès le début de son règne, l'art du ballet est mis au service de sa gloire. Certains attribuent cette naissance aux nombreux pèlerinages que la souveraine effectua à l'église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle dont elle avait elle-même posé la première pierre en avril 1628, sur l'emplacement d'une ancienne chapelle de l'Annonciation détruite par la Ligue en 1591. En général, les formes ornementales n'ont déjà plus la gracilité particulière de l'époque ogivale, le rythme des façades s'organise de façon plus régulière avec la superposition des ouvertures en travées et la coquille, élément important de la décoration Renaissance, fait déjà son apparition. D'ailleurs l'originalité de cette famille royale à cette époque réside dans l'adoration (excessive, pour des princes de cette époque) qu'ils se portent entre eux, renforcée par l'épreuve de la Fronde. Plus tard, La Rochefoucauld invente dans ses mémoires cette histoire de ferrets offerts au duc[13], laquelle sera reprise par Alexandre Dumas dans Les Trois Mousquetaires. Louis XII en prière, Vitrail attribué à Jean Perréal (1500-1510, Walters Art Museum), 46.34, 80 × 55,9 cm. Dès le début de l'implication de la France dans la guerre de Trente Ans (1635), Anne d'Autriche tente de renseigner secrètement l'Espagne sur les dispositions militaires et politiques françaises (bien qu'elle soit tenue à l'écart de toutes les décisions du roi). Durant son règne, il se lance dans les guerres d'Italie, notamment la troisième et la quatrième et, au plan intérieur, la réforme de la justice et des impôts. Le pouvoir est alors assuré par sa mère Marie de Médicis, qui gouverne le Royaume comme régente. Plusieurs guerres ou complots ont opposé les Habsbourg aux Valois, en particulier au moment des guerres de religion. En architecture, l'utilisation de la « brique et pierre », pourtant présente sur les édifices dès le XVIe siècle, tend à se généraliser (château d'Ainay-le-Vieil, Aile Louis XII du château de Blois, l'hôtel d'Alluye de Blois). Il rédige aussi, avec son confesseur, le père Nicolas Caussin, un livre de prières. Le duc de Buckingham, favori du feu roi, est chargé d'escorter la princesse. Elle s’attache à ses frères et sœurs et plus particulièrement à Philippe (futur Philippe IV d’Espagne) et à Marie-Anne. La jeune Anne visite des couvents et passe des journées entières penchée sur des reliques. Affaibli par l'âge, par les hémorragies intestinales à répétition qui ont menacé de le tuer plusieurs fois au cours de sa vie, par les excès et la goutte, il meurt trois mois plus tard, le 1er janvier 1515, en l'hôtel des Tournelles à Paris[12], à deux pas de l'hôtel Saint-Pol natal de son père Charles d'Orléans et d'autres de ses ascendants et/ou prédécesseurs sur le trône. Sacré roi en 1498, il fait annuler cette union par le pape Alexandre VI pour non-consommation (s'appuyant en outre sur le traité de Langeais qui stipulait que le successeur de Charles VIII devait épouser sa veuve). De plus, la régence de Marie de Médicis est très difficile : la gestion des affaires par son gouvernement est mauvaise, et les forces du Royaume, hostiles à la centralisation du pouvoir qu'avait initiée Henri IV, profitent de la régence. Peu avant de mourir, elle demande expressément à ne se faire retirer que le cœur, qui est porté à la chapelle Sainte-Anne (nommée la « chapelle des cœurs » renfermant les cœurs embaumés de 45 rois et reines de France) de l'église Notre-Dame du Val-de-Grâce. Louis XIII monte alors sur le trône à 8 ans et demi. Louis XIII signe l'édit de Montpellier confirmant l'édit de Nantes : extension de la liberté d'exercice de culte des protestants et limitation à deux du nombre de leur places de sûreté (La Rochelle et Montauban). En 1625, une alliance matrimoniale est conclue entre la France et l'Angleterre. Pierre Chevallier, qui a par ailleurs douté de l'homosexualité d'Henri III, a mis en avant les tendances homosexuelles de Louis XIII ; il évoque le témoignage en octobre 1624, du Vénitien Morosini, qui définit le rôle du maréchal de Toiras : « Non pour les affaires de l’État mais pour la chasse et les inclinations particulières du roi ». Il était fils du général Thomas Alexandre Davy de la Pailletterie et de Marie Louise Elisabeth Labouret . Les membres du Parlement en profitent pour stigmatiser l'absolutisme du règne précédent, augurant des révoltes futures de l'Institution. Pour le roi Louis XIII, pour la reine, et le futur souverain Louis XIV, cette naissance tant attendue est le fruit de l'intercession par le frère Fiacre auprès de Notre-Dame de Grâces auprès de laquelle il termine trois neuvaines de prières afin d'obtenir « un héritier pour la couronne de France ». Pendant la régence, à cause de la peur d'une nouvelle guerre, sa veuve Marie de Médicis se rapproche du parti pro-espagnol et conclut deux alliances matrimoniales avec les enfants de Philippe III (1612). Jeunesse . Louis se rend au château d'Amboise le lendemain pour rendre hommage au corps du défunt : il y est reçu et honoré par la Cour comme souverain[3]. Les neuvaines sont dites, par le religieux, du 8 novembre au 5 décembre 1637[18],[N 5]. Outre les dix-sept années du règne de Louis XII (1498-1515), cette période comprend la fin du règne de Charles VIII et le commencement de celui de François Ier, faisant débuter le mouvement artistique en 1495 pour le faire s'achever vers 1525/1530[24] : L'année 1530 correspondant à un véritable tournant stylistique, qui faisant suite à la création par François Ier, de l'École de Fontainebleau, est généralement considérée comme la pleine acceptation du style Renaissance[25],[24]. Cependant, du fait de l'inexpérience des mariés la nuit de noces semble s'être assez mal passée[N 3]. L'historien souligne la ressemblance ou la qualité de quatre ou cinq de ces effigies : Miniature de la Cosmographie de Claude Ptolémée attribuée à Jean Bourdichon (BnF Manuscrit Latin 4804, fo 1) représentant le roi en prière (détail). Louis XIII, dit « le Juste », fils d'Henri IV et de Marie de Médicis, né le 27 septembre 1601 au château de Fontainebleau et mort le 14 mai 1643 au château neuf de Saint-Germain-en-Laye, est roi de France et de Navarre de 1610 à 1643. Juste avant de mourir, Louis XIII rédige un testament visant à limiter les prérogatives de sa femme, la nouvelle Régente. Deux ans plus tard, en août 1637, Anne est suspectée. ), Christian Péligry, Jean-Pierre Suzzoni, Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Discography of American Historical Recordings, International Music Score Library Project, Dernière modification le 15 novembre 2020, à 15:59, Marie-Thérèse d'Autriche, infante d'Espagne (1638-1683), Françoise d'Aubigné, veuve Scarron, marquise de Maintenon (1635-1719), Revue d’histoire moderne et contemporaine, Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale, Répertoire international des sources musicales, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Louis_XIII&oldid=176623014, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Il ne trouve aucun substitut à l'amour paternel auprès de sa mère Marie de Médicis, qui le considère comme quantité négligeable. Le Béarn et la Navarre sont rattachés à la couronne tandis que les protestants cessent de former un « État dans l'État ». Il qualifie une époque où l'art décoratif partant de l'arc ogival et du naturalisme gothique s'acheminera vers le plein cintre et les formes souples et arrondies mêlés de motifs antiques stylisés typiques de la Première Renaissance : il y a encore beaucoup de gothique au château de Blois, il n'y en a plus au tombeau de Louis XII à Saint-Denis[24]. Sa célèbre phrase, « le roi de France ne venge pas les injures faites au duc d'Orléans », témoigne de sa volonté de réconciliation et de continuité. D'autre part, Louis XIII continue de se désintéresser d'elle, bien qu'elle soit considérée comme une belle femme. De son côté, le sexologue et psychiatre américain Fritz Klein, spécialiste de l'étude de la bisexualité et militant bisexuel[39], voit le roi Louis XIII comme bisexuel[40]. Le 16 avril, par une habile manœuvre, le roi écrase Benjamin de Rohan, seigneur de Soubise, réfugié dans l'île de Riez. », Louis répond solennellement : « Non monsieur, plus qu'une grande Reine, elle fut un grand Roi »[25]. Sur le plan économique, Louis XIII crée en 1640 le louis d'or, une nouvelle unité de compte complémentaire de la livre tournois[30], à la fois placement refuge et instrument de stabilisation financière, qui reste en vigueur jusqu'à la Révolution française[31]. roi de France et de Navarre de 1610 à 1643, Une politique conduite par Richelieu contre les Grands et l'Espagne, Assurer la continuité et la succession du roi, L'absence d'héritier favorise les complots, Le décès de Richelieu et la montée de Mazarin, Personnalité et bilan : un roi fragile qui rétablit l'autorité royale, Un roi guerrier qui agrandit et consolide son Royaume, « autrefois, on faisait des traités avec les huguenots, maintenant le roi accorde sa grâce, « un héritier pour la couronne de France », « Je n'ai pas perdu de vue la grâce signalée que vous m'avez obtenue de la Sainte Vierge, qui m'a obtenue un fils », « Non pour les affaires de l’État mais pour la chasse et les inclinations particulières du roi », « sa psychologie, sa sexualité, son besoin d'affection (…), son attrait pour des écuyers ou des fauconniers plus âgés, ont intéressé quelques psychanalystes, mais les résultats restent décevants, voire problématiques. Mazarin prend également en charge l'éducation politique et militaire du jeune roi, Anne se réservant l'éducation religieuse et morale. Ceci lui vaut l'image d'un roi chevalier, juste et chrétien, par ailleurs empreint de tolérance à l'égard des protestants vaudois du Luberon[11], et celle d'un nouveau César. Pourtant, Louis XIII, qui n'avait aucune confiance en la reine et en son frère, a préalablement organisé auprès d'elle un Conseil de régence comprenant outre Monsieur, Gaston de France, et Henri de Condé en tant que premier prince de sang, assistés des ministres de Richelieu, Mazarin, Le Bouthiller, Chavigny et le chancelier Séguier. Le mariage en France d'Anne d'Autriche et Louis XIII est célébré à Bordeaux le 21 novembre suivant[5]. Mais le Cardinal, beaucoup plus posé et responsable, semble respecter beaucoup plus la fonction que l'homme[14]. C'est par un coup de force, le 24 avril 1617, que Louis XIII accède au pouvoir. Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Buckingham se voit interdire le sol français. La mésentente s'installe à nouveau entre les souverains. La régente quitte alors les appartements incommodes du Louvre et s'installe au Palais-Cardinal, légué par Richelieu à Louis XIII, pour profiter du jardin où peuvent jouer le jeune Louis XIV et son frère. Militairement, jusqu’à la fin de son règne, Louis XIII est engagé dans une terrible guerre durant laquelle il commande plusieurs fois personnellement (siège de Corbie). Elle n'avait plus le goût de la politique, et Louis XIV la remercie pour avoir su se retirer au bon moment. Malgré les brouilles, les liens entre Anne et ses deux fils sont toujours solides. Dès 1495, une colonie d'artistes italiens fut installée à Amboise et travailla en collaboration avec des maîtres maçons français. Aucun document ne corrobore ce soupçon. Malgré la promulgation de l'édit de Nantes en 1598 par son père Henri IV, le jeune monarque de vingt ans décide le 10 août 1621 de mettre fin à la fronde montalbanaise. Il s'exerce très jeune à l'arc et à l'arquebuse[4] et aime faire appliquer les obligations cérémoniales à ses gardes[5]. Anne éprouve ainsi des difficultés à communiquer avec sa nouvelle famille.
Bac Pro Microtechnique Lycée, Institut Psychologie Bordeaux, île à Vendre Nouvelle-écosse, Revetement Adhesif Pour Porte D'entrée, Ports Commerciaux Portugal, Philip Mountbatten Jeune, Cours Philosophie Terminale S' La Raison Et Le Réel,