Les Toubous dans le conflit libyen (3/4). J.-C. qu'apparaît pour la première fois l'Urartu dans les tablettes assyriennes avec la mention d'un certain « Aramu d'Urartu ». Ter-Petrossian fonde un parti politique, le Mouvement national arménien, qui gagne les élections de 1990. L'académicien et historien, René Grousset (1885-1952), ne m'en voudra sûrement pas si j'ajoute quelques paragraphes à son excellente "Histoire de l'Arménie", car des événements récents ont bouleversé les données dans cette République du Caucase et sont passés presque inaperçus dans la presse. Plusieurs fois, elle a conquis son indépendance et plusieurs fois elle a dû l’abandonner, mais jamais le peuple ne s’est résigné et elle est aujourd’hui une République indépendante. L'art médiéval arménien fut marqué par l'architecture. L'église d'Aghtamar qu'ils ont construite témoigne elle aussi encore de l'éclat de l'Arménie au Xe siècle. Les Byzantins sont suivis par les Turcs seldjoukides qui s'emparent d'Ani en 1064 sous le commandement d’Alp Arslan[31]. Les Arméniens se tournent vers l'ancien catholicossat de Sis, transféré à Alep puis à Antélias au Liban (1930). Selon l'historien grec Hérodote qui donne une liste des satrapies perses à l'époque de Darius Ier, la XIIIe et la XVIIIe correspondaient grosso modo au territoire de l'Arménie historique. Des milliers d'Azéris défilent à Sumqayıt contre l'indépendance du Haut-Karabagh la nuit du 28 février. Erebouni (actuelle Erevan) est fondée en 782 av. Dès lors, les principaux textes religieux comme la bible, les évangiles, etc. D'un point de vue religieux, la Cilicie se rapproche également de l'Église catholique. On frisa l’incident diplomatique turco-soviétique et Moscou dut procéder à des remaniements au sein de la direction de la république d’Arménie. Tableau Transfert Asse, Actrice Suicid Squad 2, « Arménie des origines à la christianisation ». L’histoire de l’Arménie remonte à des temps très anciens, puisqu’on a retrouvé des traces d’habitations dans la région datant de la Préhistoire : plusieurs cultures attestent la présence, dès cette époque lointaine, d’unités sociales constituées. Pendant ce temps, une partie de la population arménienne qui s’était installée sur le territoire byzantin au cours du VIe siècle se développe. Bibliographie : Les ruines de cette ville (située dans l'actuelle Turquie) témoignent encore de la splendeur de la dynastie des Bagratides au Xe siècle et la forte influence qu’elle avait sur les États avoisinants[30]. Après une courte domination mède du territoire (de 590 à 549 ? Certains ont beaucoup d’influence dans l’administration impériale. Le président Serge Sargsian n'a aujourd'hui pas encore réglé la question. La capitale urartéenne, toutefois, n’est pas Erebouni mais Tushpa, élevée à ce rang par le roi Sarduri Ier. À la fin du VIIe siècle, les Arabes mettent en place une administration directe : le pays est dirigé par un gouverneur arabe installé à Dvin, par ailleurs, le VIIIe siècle est celui des révoltes arméniennes et des pressions arabes. Suivent deux traités qui amputent encore l'Arménie d'une partie de son territoire : les Bolcheviks cèdent à la Turquie Kars et Ardahan en échange de Batoum qui devient géorgienne ; ensuite, pour s'assurer l'appui des Azéris, Moscou fait du Haut-Karabagh et du Nakhitchevan respectivement une région et une république autonomes de la RSS d'Azerbaïdjan[53]. Au cours des opérations militaires, des civils arméniens sont massacrés par des Kurdes dont l'aire de nomadisation s'est déplacée vers le nord au XIXe siècle. Ce génocide est officiellement nié par le gouvernement turc[49]. À cette époque se développe aussi la poésie arménienne, existante depuis le Ve siècle : Grégoire de Narek est l'un des principaux représentants, avec Nersès Lambronatsi, ou encore Grégoire Magistros. Deux changements importants affectent la communauté arménienne : la création d'un millet catholique qui regroupe tous les catholiques romains de rites orientaux (1830) ainsi que la création d'un millet protestant (1850) au sein desquels on retrouve des Arméniens. Retournement de situation en 66, avec l’empereur Néron qui couronne le premier roi arsacide d’Arménie, Tiridate Ier. À la fin du XVe siècle, le pays se retrouve au carrefour entre l’Empire ottoman à l’ouest et l’empire perse à l’est. Les tensions sont toujours très vives pour le moment et la frontière arméno-azérie est fermée. Cette opposition est particulièrement bien illustrée par le tracé de l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan destiné à fournir aux occidentaux du pétrole de la mer Caspienne. Au cours des XIIIe et XIVe siècles, l'influence de l'Église romaine s'accroît en Cilicie. Un rameau proto-arménien se serait séparé des Phrygiens et déplacé vers l'est jusqu'à l'Euphrate dans la région de la ville actuelle de Malatya. Devant l'échec de sa politique d'éradication religieuse, le régime soviétique travaille à inféoder l'Église. Le Turc Mustafa Kemal refuse cependant d'entériner ce traité et reprend les armes, c'est la guerre arméno-turque. https://www.lesclesdumoyenorient.com/1247, Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient, Plus de 2600 articles publiés depuis juin 2010, Accueil / En 1292, le catholicos arménien s'installe à Sis[37], la capitale du royaume cilicien. En 506, l’Église arménienne dénonce le concile de Chalcédoine datant de 451, le patriarche prend le titre de « catholicos », et affirme son indépendance de l’Église. Gabon Foot, C’est de l’époque arsacide que date la conversion au christianisme de l’Arménie, qui devient ainsi le premier État chrétien du monde. Face aux Turcs, les Arméniens se rapprochent de Byzance et créent une sorte de nouvel état arménien au sud-est de l’Anatolie, en 1080. Selon les observateurs envoyés par l'OSCE, cette élection aurait pourtant grandement satisfait aux standards internationaux. Histoire • Fait important pour la suite de son histoire, c’est aussi à cette époque que l’Arménie abandonne le polythéisme au profit du monothéisme, avec le zoroastrisme perse. Ce meurtre unit les princes arméniens autour de son fils Achot II (913-928). Agence De Voyage Aéroport Roland Garros, Le territoire de la république est limité à une petite région autour d'Erevan encombrée de réfugiés, livrée à l'anarchie et à la misère. L'art de ce pays a joué un rôle prépondérant dans l'art oriental chrétien[36]. Les vieillards, les femmes et enfants sont déportés dans de mauvaises conditions vers des camps situés dans le désert de Syrie où ils sont voués à une mort quasi certaine. Ils franchissent alors l'Euphrate et se fondent avec les Urartéens auxquels ils imposent leur langue. Le territoire arménien compte alors quelque quarante-six mille kilomètres carrés. Moins de deux mois après sa « soviétisation », l’Arménie se révolte et rétablit un gouvernement dachnak (du 8 mars au 2 avril 1921). Les Arméniens ont puisé dans une version nationale du christianisme enracinée dans leur langue la force de surmonter les pires épreuves, surtout au début du XXe siècle avec le génocide arménien. Toutes les tentatives de médiation entre les deux pays ont, en effet, échoué jusqu'à présent. Au VIIe siècle, la conquête arabe ouvre une nouvelle page de l’histoire de l’Arménie. L'Arménie devient tributaire des Parthes, doit leur céder des territoires, et le prince héritier, Tigrane, est retenu à la cour parthe. Les Arméniens assimilent des éléments de la civilisation iranienne. Les peuples de Transcaucasie (Arméniens, Géorgiens et Azéris) n'ont pas de position commune face à la situation. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ». Les partisans de Levon Ter-Petrossian ont néanmoins organisé des manifestations, violemment dispersées le 1er mars et ayant amené le nouveau président à décréter l'état d'urgence. Dortmund - Fribourg, Cette union permet également au roi de résister contre l’empire Romain conquérant. L’Empire byzantin christianisé en 312 conquiert à son tour l’Arménie en 629. Quelques années après le début des conquêtes arabes vers les années 640, l'Arménie devient tributaire du califat (653)[27]. Le roi est païen mais un prédicateur, saint Grégoire Ier l'Illuminateur, le convainc de faire de l'Arménie le premier État officiellement chrétien au monde[21]. L'art de ce pays a joué un rôle prépondérant dans l'art oriental chrétien[36]. Ces régions sont tenues en fief par la famille arménienne des Zakarian (Mkhargrdzeli en géorgien) qui réside à Ani. La culture arménienne est ouverte sur celle de l’Europe et des États latins d'Orient. Le nouveau parlement prend une série de mesures qui équivaut à une « désoviétisation » de fait de l'Arménie. Le roi accepte d’aller à Constantinople où il est contraint d’abdiquer mais Ani résiste encore un an avant d’être livrée par le catholicos Petros Gétadarz (1045). Mais les Russes reviennent à Erevan et les Dachnaks doivent se réfugier en Perse[57]. On date traditionnellement cet événement de 301, mais certains historiens, dont Jean-Pierre Mahé, soutiennent que la conversion date de 313. Lire la partie 1 1. En 1041, à la mort de Hovhannès et de son frère Achot IV, les Byzantins veulent prendre possession de l'Arménie. La diaspora arménienne se développe de l'Europe à l'Extrême-Orient. (...) Des réformes internes ont toutefois pu être menées par la Première République, et des élections libres ont été tenues, auxquelles les femmes, qui obtiennent le droit de vote en 1919, participent[54]. C'est pourtant à cette époque que, grâce à la création par le moine Mesrop Machtots d'un alphabet arménien composé de trente-six lettres, les Arméniens peuvent se passer du grec et du syriaque dans le domaine religieux et du persan dans le domaine administratif[22]. Les déportés encore vivants convergent à Alep, où ils sont envoyés dans les déserts de Syrie-Mésopotamie, dont le camp de Deir es-Zor est tristement célèbre. dans Analyses historiques, Ces massacres sont appelés « massacres hamidiens »[n 2] en référence au sultan Abdülhamid. Lors des élections présidentielles de 2008 qui aboutissent à l'arrivée de Serge Sargsian (HHK) au pouvoir, l'opposition avait crié au scandale et à la fraude massive. Le rattachement du Karabagh à l'Arménie semble très périlleux. Comme on peut le voir sur un bas-relief de l'Apadana de Persépolis, les Arméniens, réputés pour l'élevage des chevaux, s'acquittaient de leur tribut au grand roi sous forme de poulains. En 885, Achôt 1er est reconnu roi des Arméniens par Byzance et par le califat arabe. L’effort principal a d’abord porté sur l’aménagement hydroélectrique et l’extraction de matières premières (cuivre, aluminium, plomb, marbre). Françoise Ardillier-Carras et Olivier Balabanian (, art médiéval arménien fut marqué par l'architecture, Histoire des Arméniens dans l'Empire ottoman, Mouvement de libération nationale arménien, République socialiste soviétique d'Arménie, République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie, http://www.atlas-historique.net/1914-1945/cartes/TurquieSevres.html, Sciences Po - La bibliothèque - Exposition Arménie, http://cartoflash.free.fr/motcle/pages/PlanMarshall.htm, ARF Bureau's new building opens in Yerevan, Armenia allows dual citizenship amid controversy, Histoire de l’Arménie des origines à 1071, Mission archéologique Caucase 1997-2017, Bérengère Pérello, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Histoire_de_l%27Arménie&oldid=176487100, Article contenant un appel à traduction en italien, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Article contenant un appel à traduction en anglais, Portail:Sciences humaines et sociales/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Plusieurs membres de la noblesse arménienne se rallient aux Géorgiens, libérant l’Arménie du Nord[32]. Des fouilles archéologiques ont laissé des objets d'art et des chaudrons (dont le chaudron d'Altintepe) richement décorés. La version du 26 juillet 2007 de cet article a été reconnue comme «, D'Alexandre le Grand à la conversion au christianisme, L'Arménie entre les Romano-Byzantins et les Sassanides, L'Arménie entre les Ottomans et les Séfévides, L'Arménie entre Ottomans et Russes, prémices du génocide, « l'appellation d'Arménie, d'origine araméenne et signifiant probablement « Haut pays », est un terme des plus vagues, appliqué d'une manière générale à toute la région des plateaux que couvre le double-cône de l'Ararat », Une autre légende existe sur Haïk selon laquelle il aurait combattu.
Sofitel Faro Portugal, Prometric Exam Fee, Exercice Physique Chimie Terminale St2s, Piercing Oreille Cartilage, American Airlines A380, Meilleur Lycée De France, Henricartoon Sapo Desporto,