Leur face supérieure est vert foncé, luisante, tandis que leur face inférieure est tomenteuse et roussâtre. La culture du bibacier est attestée en Chine depuis 2 millénaires. Les israéliennes : « Saint Michel » tardive présente en Europe, Les siciliennes : « Vaniglia » sub-acide et fragile, « Virticchiara », précoce, « la Rossa », « Nespolone di Trabia » et « Marchetto ». Il ne faut pas la confondre avec la nèfle du Japon, un fruit jaune orangé à noyau qui pousse sur un arbre à feuilles persistantes dans les régions chaudes. « Magdal », très hâtif mais peu productif. Plus de 1 000 cultivars ont été décrits dans la zone de primo-domestication chinoise. La nèfle pousse sur le néflier commun, Mespilus germanica, de la famille des rosacées. « Oliver » (« Olivier » × « Tanaka »), le cultivar le plus cultivé en, « Algérie » = « Algeri » = « Lindl » petit fruit sucré de milieu de saison, auto-fertile et productif, le plus cultivé en. Ne doit pas être confondu avec Nèfle . « Champagne », cultivar sélectionné par C. P. Taft en Californie en 1908, tardif, auto-fertile, variété commune à gros fruit. Nèfles du Japon. http://www.wandoloquat.com/enbipa/shop/list.php?ca_id=70, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Eriobotrya_japonica&oldid=176681237, Taxobox utilisant une classification non précisée, Catégorie Commons avec lien local différent sur Wikidata, Portail:Alimentation et gastronomie/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Le classement des cultivars par dates de maturité est plus pertinent[15], on distingue : Le bibacier est une plante de climat subtropical de montagne (900 à 2 000 m. en Chine, jusqu'à 1 200 m. au Guatemala)[6] et tempéré chaud [16]. Les ancêtres sauvages du bibacier cultivé se rencontrent dans les montagnes du Sichuan et du Yunnan dans le sud-ouest de la Chine[6]. L’aspect exotique du néflier du Japon. Dans les régions tempérées, il est utilisé pour l'ornement[17] : L'arbre établi résiste au gel jusqu'à -11 °C[6]. « Early red », cultivar sélectionné par C. P. Taft en Californie en 1909, variété répandue aux USA, couleur rouge orangé, maturité précoce. Résiste bien au froid. Le néflier du Japon forme un grand arbuste de 4 à 5 mètres de hauteur, à la silhouette arrondie.. Ses grandes feuilles persistantes atteignent près de 25 cm de longueur. La dernière modification de cette page a été faite le 17 novembre 2020 à 09:13. Le fruit tout comme l'instrument de musique "biwa" en japonais ont donné leur nom au lac Biwa près de Kyoto. La nèfle du Japon est le fruit issu du néflier du Japon (autrement appelé « eriobotrya japonica »). La plante est résistante à la plupart des maladies et des insectes, sensible au feu bactérien (pratiquer un élagage des zones atteintes)[16]. l'Europe et l'Australie[10]. Les australiennes : « Mammoth », « Enormity de Swell » très grande, « Victory » pulpe blanche ou crème, juteuse, sucrée. La nouaison n'intervient que si les températures sont douces en fin d'automne, la fleur gèle à −5 °C[5]. Le néflier du Japon, bibacier ou bibassier, du chinois : 枇杷 ; pinyin : pípá (nom du fruit, l'arbre est appelé (chinois simplifié : 枇杷树 ; chinois traditionnel : 枇杷樹 ; pinyin : pípá shù ; litt. Fruit du néflier, la nèfle du Japon, également appelée bibasse, est un petit fruit orangé de forme ovale, à la peau légèrement duveteuse. La nèfle du Japon , nommé aussi bibace ou bibasse, est le fruit du Néflier du Japon (Eriobotrya japonica). Les utilisations sont nombreuses, jusqu'aux produits cosmétiques[20]. Les jeunes rameaux et bourgeons sont cotonneux (eriobotrya signifie « grappe de laine » en grec). Les arbres greffés produisent des fruits dans les deux ans alors qu'il faudra patienter 8 à 10 ans pour un arbre issu de semis. Les feuilles simples, alternes, persistantes sont de grande taille, jusqu'à 25 cm de long et fortement nervurées. Les fruits ovoïdes, de couleur jaune orangé ou ivoire, sont des baies à chair orangée ou blanche jaunâtre, à goût acidulé, très juteuses. « Thales » = « Golden nugget », proche de « Tanaka » mais hâtif, auto-fertile — fruit en poire chair orangée douce. Sa chair orange est tendre et juteuse. La taille en gobelet demi-tige permet de maintenir les fruits assez faciles d'accès. Suzanna Lyle[4] donne une autre version de la mondialisation de cette plante : elle serait venue du Japon en Angleterre en 1650, où elle aurait donné des fruits sous serre et de là aurait gagné les Indes, l'Australie et la Nouvelle Zélande. Un paillis est favorable[4]. Ce fruit possède une peau de couleur jaune-orangée, lisse, légèrement duveté. Chose très inhabituelle parmi les arbres fruitiers, les fleurs s'épanouissent en automne ou au début de l'hiver et les fruits atteignent leur maturité à la fin de l'hiver ou au début du printemps. Les pépins, brun noir, sont de taille variable, les arbres de semis ont peu de pulpe, les meilleures sélections fruitières ont des pépins moyens à petits. Lindl., 1821) est un arbre fruitier de la famille des Rosacées (tribu des Maleae), cultivé dans les régions chaudes (rusticité USDA 8 à 11[2]) pour son fruit comestible, la nèfle du Japon ou bibace ou bibasse, pour sa feuille utilisée en tisane, ou comme plante ornementale. En français, les orthographes « bibacier » ou « bibassier » (nom masculin) pour désigner la plante, « bibace » ou « bibasse » (nom féminin) pour désigner le fruit, sont admises[1]. Les fleurs blanches sont réunies en thyrses. Le nom bibacier, arbre à biba, vient du chinois pípá guǒ 琵琶果, signifiant fruit [en forme de] pípá (琵琶), un instrument de musique. Productif. De là, il gagne à une date indéterminée l'Asie du Sud. La plante est relativement indifférente au pH (de 5,5 à 7,8). « Tanaka », très tardif, partiellement autofertile — commun gros fruit chair pale. Les fruits mûrissent environ 90 jours après que la fleur se soit complètement ouverte. Sa chair est très juteuse, sucrée et quelque peu acidulée. Le marcottage aérien réalisé au printemps ou en été est une technique sûre[19], au même titre que le bouturage. FAO avec l'aide de l'Office Central Suédois pour l'aide au Développement International, Journal of the science of Food & Agriculture. Il s’agit d’un fruit charnu et de forme ovoïde. On distingue traditionnellement, car la morphologie est variable selon les cultivars : Comme indiqué, le groupe chinois ne représente pas les variétés cultivées en Chine parmi lesquelles : « Guanyu », « Tianzhong », « Bingtangzhong », « Taipinghong », etc.[13]. Description de la nèfle : fruit du néflier. Il ne doit pas être confondu avec le néflier commun (Mespilus germanica) qui préfère les climats froids. Le groupe subtropical nord (NSCG) est le plus représenté au Japon par les cultivars Mogi, Tanaka et Nakasakiwase[10]. « arbre à pipa ») via le portugais bibas [1], (Eriobotrya japonica (Thunb.) Pour l’article homophone, voir BIBAS . Il est largement cultivé pour ses fruits dans sa zone de rusticité, où il peut se montrer envahissant. (semis d'une graine japonaise introduits par le ministère de l' Agriculture des États-Unis en 1902). Période de consommation : Les nèfles du Japon sont les fruits du néflier du Japon, petit arbre caduque de la famille des rosacées. Source : Traité Rustica des arbres fruitiers . Les racines sont grêles, pas envahissantes, l'arbre peut donc être planté près d'un bâtiment, en revanche il craint les vents forts, et on doit éviter de travailler le sol au pied de l'arbre. Les égyptiennes : « Maamora Golden Yellow » à haut rendement (. Soin : passer du blanc de chaux sur le tronc sensible au soleil, arroser régulièrement (dans son climat d'origine, il reçoit une pluviosité bien repartie tout au long de l'année, comprise entre 650 et 1 000 mm), fertiliser au printemps. Planter au soleil dans un sol bien drainé, la distance de plantation recommandée étant soit 3,5 × 7 m, soit 6 × 6 m[5]. Au Japon, les fruits sont mis en sac pour accélérer la maturation et les protéger des oiseaux qui en sont friands. le « groupe chinois » (arbres à feuilles minces, fruit orange piriforme ou rond, pulpe orange, précoce) ; le « groupe japonais », (arbre à feuilles larges, fruit jaune pâle piriforme ou ovale, pulpe juteuse ivoire, tardifs) ; les sélections locales relevant de zones secondaires de domestication. Les porte-greffes sont le franc de néflier du Japon pour les haute-tiges et le cognassier pour les formes naines, le poirier convient également. Hors de Chine, le Japon et l'Espagne (102 cultivars) possèdent d'importantes banques génétiques. Tailler après la récolte des fruits. La taille de la nèfle du Japon oscille entre 3 et 7 cm. Des polyploïdes naturels ont été décrits en 2007[10]. La province de Hubei est probablement le centre d'origine de la plante cultivée, d'après le séquençage de 9 plants sauvages et 10 cultivars représentatifs réalisé en 2017[7]. Le néflier du Japon, qui n’est pas à confondre avec le néflier commun, se cultive aussi bien pour ses fruits que pour ses feuilles.. En résumé, ce qu’il faut savoir : Nom : Eriobotrya japonica Famille : Rosacées Type : Arbuste fruitier Hauteur : 1,5 à 3 m Exposition : Ensoleillée Sol : Ordinaire Feuillage : Persistant – Floraison : Automne – Récolte : Printemps Bibasse , Bibace « Bibasse » redirige ici. L'enjeu actuel de la domestication est l’obtention de cultivars sans noyau. Ses noyaux sont toxiques car ils contiennent de l‘acide cyanhydrique. Le fruit du néflier du Japon doit mûrir complètement sur l’arbre avant de le récolter. Elles sont épaisses, ridées, parcourues de nervures profondes. Le néflier du Japon (Eriobotrya japonica) se rencontre surtout dans le sud de la France car il ne supporte pas des températures trop basses, contrairement au néflier commun.La nèfle du Japon est un fruit légèrement allongé à la peau lisse de couleur orange. Depuis le Japon, il gagne également le bassin méditerranéen au XVIIe siècle[9], les Amériques directement et via[Quoi ?] Le CIHEAM a publié une liste des principaux cultivars méditerranéens classés par pays producteurs[14]. Les indiennes : « Large Agra », « Matchless » en forme de poire, « Ahdar », « Ahmar », « Fire Ball » arbre nain, pulpe claire et douce. Le semis est possible avec des graines fraiches, mais l'arbre donnera des fruits à pulpe mince. La taille est variable selon les cultivars (formes naines à arbres de 12 m)[4], à port érigé. En situation ombrée les feuilles sont plus grandes qu'au soleil. les cultivars précoces : Champagne, Golden-Yellow, Large Round, Pale-Yellow, Thames Pride ; les mi-saison : Algérie, Big Jim, Fire Ball, Mammoth, Matchless, Large Agra ; les cultivars tardifs : Advance, Golden Nugget, Peluche, Saint-Michel, Tanaka…, Les feuilles ou les fleurs : les plus grandes feuilles sont utilisées pour confectionner le, Les feuilles, les fleurs, les noyaux, sont utilisés comme, Arbre ornemental : ce sont des plantes décoratives par leur feuillage persistant, couleur de rouille sous les feuilles. (rusticté USDA 5 à 8[3]). Les fruits sont éclaircis en milieu d'hiver (on laisse 2 ou 3 fruits par groupe) afin d'obtenir des fruits plus gros et de limiter la tendance à l'alternance bisannuelle[18]. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. 30 % des cultivars chinois sont à pulpe blanche, les cultivars à pulpe orange étant les plus largement répartis et divisés en 2 écotypes : les subtropicaux nord et sud. Le néflier du Japon, bibacier ou bibassier, du chinois : 枇杷 ; pinyin : pípá (nom du fruit, l'arbre est appelé (chinois simplifié : 枇杷树 ; chinois traditionnel : 枇杷樹 ; pinyin : pípá shù ; litt. La multiplication se fait principalement par greffage. « arbre à pipa ») via le portugais bibas[1], (Eriobotrya japonica (Thunb.)
Souheila Yacoub Tous Des Oiseaux, Numérotation Dentaire Internationale, Casque Nolan N21 Visor Duetto, Licence Aes Paris 8 Emploi Du Temps, Photo Drapeau Italien Gratuit, Puissance Militaire France, Beoplay E8 Prix, Maison à Vendre états-unis Texas,