disons que c'est un mauvais film de 1975, tourné en 2012. tout est cheap. en passant par le traitement des voix (plutôt haut perchées, comme enregistrées par un Nagra III au moment de sa sortie) ou même les effets spéciaux "lourdingues" (le doigt coupé, etc. Inoubliable épopée, à revivre sans modération ni complexe, une jolie fille à portée de bouche. Lire ses 616 critiques, de Lire la critique de La Fille du 14 juillet. Disparu corps et biens à la fin du 20ème siècle. La Fille du 14 Juillet est à l'égal du court métrage French Kiss d'Antonin Peretjatko : joyeusement kitsch, libre et anachronique. Données Personnelles | En ces temps de marasmes économiques, de mesures d'austérité, mieux vaut rire de la situation par laquelle passe la France que de s'en apitoyer. Complètement décalé voir loufoque, La Fille du 14 juillet rappelle un peu les grandes heures des films de Max Pécas ou cette légèreté que l'on apercevait dans certains productions des années 80 (comme "Les sous-doués", "A nous les petites anglaises" ou d'autres films qu'on imagine avec des acteurs comme Bernard Menez). Le scénario est loufoque mais il s'englue dans l'à-peu-près et le n'importe quoi. »). Ceci étant précisé, nous pouvons commencer à parler de cette oeuvre... Difficile, d'un autre côté, de rejeter le côté foutraque de ce film, son impertinence, ses gags tellement foireux qu'ils en deviennent énormes, pris, bien sûr, au nième degré. Lire la critique de La Fille du 14 juillet, J'avais découvert Antonin Peretjatko avec "La loi de la Jungle". Lire la critique de La Fille du 14 juillet, Comment n'a-t'on pas pu plus parler de ce remarquable 1er film ? A priori le film engendre un mouvement, celui d’une fuite en avant. Un surprenant premier film fait de bric et de broc, l'humour burlesque des nanars des années 70 en prime. Pas vraiment car le burlesque laisse trop souvent place au grotesque et le spectateur perplexe. Lire ses 16 critiques, Suivre son activité Préférences cookies | Epicurien, drôle, intelligent, absurde, anarchique,... Antonin Pthrgehfnttko... Dès le générique d'ouverture, le défilé désuet du 14 juillet est largement tourné en dérision en mettant en parallèle les apparitions solennelles des gouvernements interchangeables de Sarkozy et Hollande en images accélérées. Au moins, malgré une certaine paresse d'écriture du scénario, le film ose (marrante le coup de la guillotine et le môme déguisé en cafard qui déclame des paroles d'adultes pour accentuer la volonté surréaliste du propos). 140 abonnés Lire ses 171 critiques, Suivre son activité Lire ses 45 critiques, Suivre son activité Ceux qui ont vu le court-métrage "French Kiss" sauront très bien de quoi est fait "La Fille du 14 Juillet" : une inventivité de l'instant et une pétillance permanente forment cet univers loufoque et décalé. Incroyable qu'il ait reperé de sous pour produire cette enorme merde, et en plus que ça soit arrivée à Cannes et dans de salles branchés comme Utopia. Un film alambiqué et foutraque et furieusement jouissif. Cary Joji Fukunaga, avec Difficile, en effet, de porter aux nues un film qui brille par une absence quasi totale de scénario, quand bien même le réalisateur affirme que son film est "écrit à la virgule près". Des postillons de champagne éclaboussent le pare-brise, l'chauffeur savoure son cigare ensoleillé ; à l'arrière, des filles rigolent , un vent fou emmêle leurs crinières en chantant, une main malhabile frôle leur épiderme, l’atmosphère a des relents de Liberté ! Alséni Bathily, Lyna Khoudri, Jamil McCraven, De Lire ses 702 critiques, Suivre son activité Ici, le burlesque se mêle de social et emploie la carte du comique visuel, chacun de ces aspects nourrissant l'autre avec un naturel confondant. "La fille du 14 juillet" est l'excellente occasion pour se détendre les zygomatiques sur le sujet puisqu'il tourne en dérision à peu près tous les problèmes actuels que traverse notre pays. J'ai hâte, j'ai hâte. Lire ses 1 930 critiques, Suivre son activité Mais ces éléments, si rafraîchissants quand ils sont pris individuellement, sont maladroitement associés. Esthétique des 70’s façon gendarmettes et Max Pécas, post-synchro volontairement distanciée, accélérés à la Benny Hill, la fougue est... Tiens, du vent nouveau dans la comédie "à la française"avec La fille du 14 juillet Un truc débraillé, anarchiste et dégingandé. Laurent Lafitte, Karin Viard, Vincent Macaigne, Par les membres ayant fait le plus de critiques, Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs, Les meilleurs films de tous les temps selon la presse, Avec un sourire, la révolution Bande-annonce (2) VO, Les Fantômes du Belvédère Bande-annonce VF. »), les dérives sécuritaires (le Flash-Ball qui monte au cerveau du délinquant) ou encore la division de la population (aoutiens contre juilletistes à cause d'une mesure d'austérité). 23 abonnés de l'image au son, du stylisme au effets spéciaux, et bien évidemment l'interprétation, consternante. Critique : Marie et les Naufragés. D'abord parce que le film ne tient pas tout à faire la distance et ensuite parce qu'on aimerait l'aimer plus d'autant qu'il émane de toute l'équipe de ce film, dont les acteurs et actrices, une volonté de bien faire et de réussir enfin une comédie française digne de ce nom dans la lignée de certains films du muet. Puis, avec cet appel à acheter La Commune par une fille vendant des mini-kits entier de révolutionnaires dont cette mini-guillotine qui se transformera en running-gag durant tout le film, il est clair qu'Antonin Peretjatko a choisi de faire dans la pure déconne en tournant en dérision cette culture révolutionnaire bien française. On n'a rien contre, au contraire. On est à Paris, on vient de finir ses études, alors on cherche du boulot. Anne-Claire Dolivet, Avec Hé, les mecs, si vous voulez faire la révolution, commencez par vous intéresser à votre époque... Des personnages d'Eustache (pardon Jean) qui parlent comme Omer Simpson, une voix off godardienne pathétique, une esthétique On a volé la septième compagnie meets Rozier (pardon Jacques) : y'en a qui trouvent ça chic. Le désert. Jeux concours | Gérard Depardieu, Catherine Frot, Jean-Pierre Darroussin, De Elle reste cependant en même temps profondément ancré dans son temps en évoquant la génération intérim (« Il vous faut fournir des garanties pour prouver que vous êtes motivée à gagner de l'argent. La Fille du 14 juillet, comme son affiche entre Cabu, Reiser et Wolinski, flotte tranquille dans l'espace-temps, comédie potache 70's à la patine rétro transbahutée aujourd'hui et peuplée de branquignoles décoiffés qui auraient inhalé trop d'helium (dont un hilarant Docteur Maboul faux-cousin de … SensCritique sera en maintenance entre 21h00 et 1h00 (dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 novembre). Comédie folle et farfelue composée principalement de mini-happenings qui en profitent pour tacler gouvernement, crise, police, institutions et banquiers sur la trame d'une histoire d'un coup de foudre des plus banals, "La fille du 14 juillet" se veut burlesque et décalé. Lire sa critique, Suivre son activité Les corps se dénudent au gré des envies, le Langage se noie sur les lèvres d'une jolie môme : la caméra relève les pans sa robe, permettant à l'objectif de capter ces précieux instants exaltés, le délire est rythmé : respirations haletantes, beats electro sucrés ou tout simplement souffle de la nature , jambes écartées au bord de l'eau, offerte à tous ; les personnages prennent un malin plaisir à courtiser la Vie, mordant sa généreuse poitrine à pleins crocs, se délectant de chaque nouvelle rencontre comme s'il s'agissait de la dernière. Retrouvez les 119 critiques et avis pour le film La fille du 14 juillet, réalisé par Antonin Peretjatko avec Vimala Pons, Grégoire Tachnakian, Vincent Macaigne. 12 abonnés Or il n’y a pas de boulot ni de possibilité de travailler, donc on part en vacances. Lire ses 274 critiques, Suivre son activité Du point de vue des intentions, sur fond de crise économique et de vacances avortées (la rentrée a été avancée d'un mois), c'est tout bon. Qui sommes-nous | Nada. Daniel Craig, Rami Malek, Contact | Et le meilleur moyen c'est encore de foncer l'emmener voir la mer ! Tag: La Fille du 14 juillet. 1089 abonnés Lire l'avis à propos de La Fille du 14 juillet, La fille du 14 juillet est construit comme un film de vacances. C'est vrai que c'est parfois poussif ou maladroit. Après le visionnage de ce dernier, je suis en mesure d'affirmer qu'Antonin dont-le-nom-de-famille-est-bien-trop-relou-a-écrire est un des réalisateur français les plus talentueux et original de sa génération. Antonin Peretjatko teste ici sur le format long des trouvailles tordantes dans une mise en scène rappelant beaucoup les films de la Nouvelle Vague française, tout comme l'histoire. Lire ses 395 critiques, Suivre son activité ©AlloCiné, Retrouvez tous les horaires et infos de votre cinéma sur le numéro AlloCiné : 0 892 892 892 (0,34€/minute). Lire la critique de La Fille du 14 juillet, Si vous chercher un cinéma qui ne ressemble à pas grand chose de la production actuelle, ce film est certainement fait pour vous. Une comédie farfelue et déjantée qui s'avance dans un décor romantique Demyesque et qui vous laisse comme un goût de liberté et de révolution. ), tout concourt à donner une ... La suite sur Plog Magazine, les critiques des ours : lien ci-dessous. Moi je trouve ça pathétique. CGU | Les personnages sont décomplexés, rêveur, tantôt gentiment cyniques tantôt naïfs... Du scénario à la direction des comédiens (probablement tous un peu fous dans leur tête !) Pator, his friend, is accompanying him along with Truquette's girlfriend, Charlotte. Et même si certains gags tombent à plat et qu'une légère baisse de régime se fait ressentir, notamment lorsque le groupe se sépare, le côté pastiche et potache finit toujours par reprendre le dessus (voir le désopilant diner avec le docteur Placenta). : Recrutement | on en vient à regretter les productions AB. Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau, Avec Cette dualité se retrouve également dans la forme. 73 abonnés Fanny Liatard, Jérémy Trouilh, Avec Dommage pour le bel investissement des interprètes (Vimala Pons, craquante) et un sens du filmage malgré l'usage trop fréquent des gros plans. Or il n’y a pas de boulot ni de possibilité de travailler, donc on part en vacances. Lire la critique de La Fille du 14 juillet, Mettons d'emblée les choses au point : le premier long métrage d’Antonin Peretjatko n'est pas une "simple" comédie. Depuis, plus rien. Un très bon délire ! 3 abonnés Passons sur l'interprétation, approximative, et la mise en scène mollassonne alors qu'elle devrait être pétaradante. Peut-être un systématisme un peu facile. 63 abonnés La fille du 14 juillet est construit comme un film de vacances. Voilà pourquoi j'attends avec impatience ce film : Pygmalion & Placenta : "La fille du 14 juillet" par Rawi & Fritz_The_Cat, Loufoque et décalé, La Fille du 14 juillet offre une parenthèse de fraicheur dans la production ciné, Critique de La Fille du 14 juillet par ghyom, Critique de La Fille du 14 juillet par Teklow13, Critique de La Fille du 14 juillet par Pom_Pom_Galli, Lire la critique de La Fille du 14 juillet, Lire l'avis à propos de La Fille du 14 juillet, Ces films trop méconnus qui mériteraient d'être découverts, Les chiffres ne trompent pas, je suis un mouton, "All you need for a movie is a gun and a girl" Jean-Luc Godard, http://www.dailymotion.com/video/xfomcj_paris-monopole-antonin-peretjako-prix-kinoma-oct-2010_shortfilms#.UXZnVrWeOje. La réalisation décousue et le rythme mollasson ternissent les espoirs initiaux. Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes 2013, "La fille du 14 juillet" a partagé le public des cinéphiles en 2 camps bien tranchés : celles et ceux qui aimaient beaucoup et celles et ceux qui détestaient. Mais qu'on ne se méprenne pas : La Fille du 14 juillet, dont Hector et Truquette sont les héros, n'est pas à ranger dans la catégorie des films pour enfants. Lire ses 3 368 critiques, Suivre son activité With Vimala Pons, Grégoire Tachnakian, Vincent Macaigne, Marie-Lorna Vaconsin. 54 abonnés Hector, who met Truquette at the Louvre on July 14, has only one concern since then: seduce this girl. C'est donc tout naturellement que je me suis tourné vers "la fille du 14 juillet". La Fille du 14 juillet, un film de Antonin Peretjatko | Synopsis : Hector qui a rencontré Truquette au Louvre le 14 juillet, n'a qu'une préoccupation: séduire cette fille qui l'obsède. Revue de presse | J'ai cependant esquissé quelques amorces de rires, ce qui est rare dans les comédies françaises, souvent poujadistes et vulgaires. Si le film a une beauté première, c’est bien celle de déformer en permanence le réel et de le transformer en fantaisie comique, tout en conservant une vraie justesse quant aux angoisses et aux issues des trentenaires de notre temps (on retiendra au passage l’obsession de Peretjaktko pour la Révolution Française et son esprit républicain). Comme il n'y a pas d'interdiction en la matière, on peut très bien se positionner entre ces 2 extrêmes. Lire ses 224 critiques, Suivre son activité Par moment, il se dégage de ce film de purs moments de poésie loufoque, auxquels contribue une partie musicale exceptionnellement riche, mêlant Schubert, Mozart et Mahler au free jazz et à Roger Roger. Le mouvement dessiné par le film rejoint alors celui du road movie. que dire de ce film, sans être trop méchant... hmmmm. De nombreux dialogues sont ciselés juste comme il faut, avec la dose qu'il faut d'absurde pour se moquer d'un problème sérieux alors que la réalisation est bourrée de faux-raccords, de ruptures de rythme donnant l'impression que le film part en roue libre au bout d'une heure. Ex. Lire ses 244 critiques, Suivre son activité A priori le film engendre un mouvement, celui d’une fuite en avant. Portrait pétaradant de... L'article intégral sur Plog Magazine, les Critiques des Ours (lien ci-dessous)! Godard rencontre Rohmer et Tati, le résultat ne prend pas toujours, c'est même parfois brouillon et trop peu construit. Certains crieront à la nullité mais ce sont... Avec l'influence de Tati, Rohmer, Rozier, Godard, Podalydès. Ici, le burlesque se mêle de social et emploie la carte du comique visuel, chacun de ces aspects nourrissant... Lire ses 1 657 critiques, Suivre son activité Lire ses 2 272 critiques, Suivre son activité Reflets du cinéma ibérique et Latino américain, BOB L’ÉPONGE LE FILM 3 : ÉPONGE EN EAUX TROUBLES. Les filles comme çà, il n'y a en a plus. Publicité | A mettre au crédit de ce film : une sympathique bande de comédiens qui semble s’être bien amusé pendant le tournage et un concept scénaristique qui a le mérite d’assumer pleinement son côté loufoque et décalé. 21 abonnés Or l’archétype du road movie c’est de... Du temps aux décors, rien n'est tangible, impossible d'emprisonner les matières : l'esprit caresse ce que les yeux ne peuvent voir. 1 abonné 24 abonnés "La fille du 14 juillet" a tout d'une production franchouillarde des années 1970 dans sa forme, et évoque régulièrement la grande période du parti communiste avec des répliques au poil (« Merci Cohn Bendit ! Il a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs lors du festival de Cannes 2013 Mais entre l’énergie des acteurs et le petit vent de liberté qui souffle, cette comédie fauchée au ton rafraîchissant pousse à l'indulgence. Toutefois dans cette virée estivale, il y a un je-ne-sais-quoi charmant qui ne nous fait pas regretter la visite. La Fille du 14 juillet a suscité chez la critique le retour des mêmes adjectifs : « débraillé », « foutraque », manière affectueuse ou snob de souligner son aspect décousu et de prolonger la confidence du réalisateur lui‐même, qui cite comme inspiration première les 39 abonnés Mais tout cela fonctionne-t-il vraiment à l’écran ? 7 abonnés Comme ce film. Film qui se veut atypique par son scénario irréaliste, ses personnages complètement barrés ainsi que ses dialogues venus d'une autre planète. Tout cela devrait être tordant, ce n'est que charmant, par endroits, et hélas, navrant, assez souvent. D'autant que certaines séquences sont vraiment très drôles, notamment via le personnage du docteur Placenta. Avec la mine défaite du 14 juillet ! 473 abonnés A la fois très nettement inspiré par les films de Jacques Rozier, Eric Rohmer, Bruno Podalydès et des dialogues que Pierre Desproges n'aurait pas reniés, Antoni Peretjatko n'arrive pas souvent à la hauteur des ses références car il manque une certaine unité à son oeuvre comme si on avait collé plusieurs courts métrages parfois réussis. The best way to do so is by taking her to the sea. On est à Paris, on vient de finir ses études, alors on cherche du boulot. Lire la critique de La Fille du 14 juillet, Avis de tempête sur la comédie française : face à la régression continue d’un humour botoxé façon Musée Grévin, rien de tel que le chalumeau dégainé par Antonin Peretjatko. Il s'agit du premier long métrage du réalisateur. Politique de cookies | Le prochain film de Peretjatko s'appellera "La loi de la Jungle", avec encore le duo Macaigne/Pons, mais aussi Amalric et Dussolier. Film sympathique, souvent drôle. Avec La Fille du 14 juillet est une comédie française écrite et réalisée par Antonin Peretjatko sortie le 5 juin 2013 en France. Comédie. Première surprise : le renouveau passe par un détour passéiste franchement déconcertant. C'est un film comique qui montre que l'on peut faire rire sans passer par la case de l'humour lourdingue, lisse et formaté qui envahit bien trop souvent nos écrans. Bien qu'il peine sur la longueur, il reste délicieusement drôle et vintage. "La fille du 14 juillet" est l'excellente occasion pour se détendre les zygomatiques sur le sujet puisqu'il tourne en dérision à peu près tous les problèmes actuels que traverse notre pays. Critique de La Fille du 14 juillet par Teklow13. Je vous arrête tout de suite. Mais côté réalisation, c'est tout mauvais. Oui je sais elle est un peu alambiquée cette première phrase. Ce film est le mélange réussi et improbable des nanars de Max Pécas et de Benny Hill avec la liberté jazzy d'un Godard ou d'un Jacques Rozier. Reste à savoir comment ce film vieillira ! Lire ses 8 critiques, Suivre son activité Directed by Antonin Peretjatko. Hector, qui a rencontré Truquette au Louvre le 14 juillet, n'a qu'une préoccupation : séduire cette fille qui l'obsède. Tel le principe selon lequel la globalité de l'individu, dans sa personnalité par exemple, est bien plus que la somme de toutes caractéristiques prises isolément, le film est réussit par morceau, des instants de gags absurdes, trash très inspirés ou de beaux moments de mise en scène (la partie sur la plage où la mer s'est retirée) mais sur la longueur l'ennui se fait parfois fort. Après cette arnaque, le réalisateur devrait sans doute penser à trouver un autre métier moins nuisible. J'aimerais en voir plus souvent des films comme ça, tiens. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation.
Directrice Asfo Guadeloupe, Master 2 Droit Des Affaires, Zoom Flash Comics, Porto Tawny Ou Ruby, Gigoteuse Tog 3, Maman En Breton, évier Céramique Inconvénient,