Suivre. 31Dans notre corpus de battles, les évocations de femmes ne sont jamais mélioratives. Dès l’entame de l’album, j’aime beaucoup. La femme, et en particulier son désir, sont des menaces à la maîtrise de l’homme sur sa propre vie. Les jurés se trouvent au cœur du public, et s’isolent après la fin de la performance pour rendre leur verdict. Par leur style vestimentaire et par leur promptitude à répondre aux références précises à l’univers mobilisé par les rappeurs, ces membres du public exemplifient la figure du passionné de hip-hop. L’univers du hip-hop porte de fait en lui une vision extrêmement brutale et nihiliste des rapports sociaux. Le traitement ludique des mots, et en particulier des mots interdits, trouve son origine dans cette éthique du langage. Ce qui fait la force du battle en tant que rite poétique collectif procède de ce paradoxe : c’est au travers de ce par quoi les joueurs sont réunis, de ce par quoi ils se reconnaissent comme pairs, qu’ils s’entredéchirent. Le « ter-ter » est le mètre-étalon du rap, et les « bourges » que Booba avoue ici chercher à choquer représentent la société française dans son ensemble, conçue comme policée et respectable. The Art and Aesthetics of Hip-Hop, New York, Basic Civitas Books, pp. La proclamation du vainqueur évoque toutefois celle d’un champion sportif, et reste toujours ici entourée d’une atmosphère de fair-play. Nulle critique sociale ou économique d’inspiration marxiste dans cette référence aux « bourgeois », mais une valorisation de la transgression en tant que telle. La génitrice des adversaires est donc logiquement traînée dans la boue, ainsi que, parfois, sa sœur et sa petite amie. Le rap mainstream et sa conscience noire que personne ne veut entendre, 5 questions à Jacques Séguéla sur la communication de PNL, De Federer à Booba, Elisa Parron les shoote tous, Kader Attia vs Dosseh, ou l’abus du droit d’auteur, Rap Contenders : la genèse d’une ère nouvelle, Specta (Saïan Supa Crew) : « Je suis parti sur ma montagne », Vidéo : quand Vald fête la sortie de NQNT2, N.O.S et Ademo emmènent la misère en Espagne sur « J’suis PNL », Médine : « À 32 ans, ma carrière commence », « Demain, c’est là » ou la revanche d’Akhenaton, Dix bons documentaires sur la culture hip hop, À voir : le Demi-Festival n’a pas fait les choses à moitié, Dix documentaires underground sur le hip-hop, Puff Daddy a poussé Mobb Deep à changer de nom, Kaaris : ‘Il ne faut pas poser avec moi, sinon t’es grillé’. Par quoi commencer ? Ce type de provocation à la fois sexuelle et raciale n’est pas absente du rap français. À travers des traits d’esprit, des rimes et des effets de citation et de parodie – en somme, à travers des effets – il s’agit toujours de revendiquer un statut d’authenticité. Les juges ne s’y trompent d’ailleurs pas, qui donnent la victoire à Lunik. Viennent les featurings passables avec Mac Miller et Orelsan, le remix de « Toussa Toussa » est raté, tandis que « Go Go Gadget Flow » frôle l’inaudible. Abrahams, Roger D., 1970, Deep Down in the Jungle. SHARES. Alpha Wann ne fait pas explicitement le choix de l’hommage ni du clin d’œil, ce qui fait de cette vanne un élément assez faible en termes de créativité et d’originalité. Si nous observons notre corpus, les injures homophobes ne manquent pas : les usages constants des mots « pédé » (Deen Burbigo, 3 : 20 ; Blackapar, 4 : 29 ; Lunik, 4 : 58 et 11 : 45), « pédale » (Deen Burbigo, 3 : 42), « pédéraste » (Lunik, 5 : 24), « tapette » (Gaïden, 5 : 56) ou encore « suceur de bites » (Nekfeu, 4 : 08) ne laissent guère de doute quant aux valeurs endossées par les rappeurs. Le seul recours aux valeurs positives ou négatives attachées à une image suffit-il à assurer l’efficacité d’un effet ? Par exemple, parmi les douze participants du premier tournoi Rap Contenders, quatre appartiennent au crew nommé « L’Entourage » (Alpha Wann, Deen Burbigo, Eff Gee et Nekfeu), alors qu’ils viennent de quartiers différents – le quatorzième arrondissement de Paris pour Alpha Wann, Aubervilliers (93) pour Deen Burbigo, le dix-neuvième arrondissement pour Eff Gee et le quinzième pour Nekfeu. Comme l’écrit Bazin (1995, 92), « Les expressions du hip-hop ne dessinent pas un espace géographique, mais existentiel. Focus : cinq rappeuses à surveiller en 2018, Xxxtentacion sort de prison avec des bonnes nouvelles et de la haine, Di-Meh & Slimka : rap suisse cinq étoiles. Le rappeur, pour triompher au sein d’un battle, doit effectuer de manière en partie inconsciente une série de choix discursifs qui engagent le positionnement de son adversaire ainsi que le sien propre au sein d’un système de valeurs qu’il estime être celui de son audience-juge. Au cours de ces six battles, aucun participant n’a proposé de couplets dépourvus de références à cette thématique ; sur trente-six freestyles (couplets improvisés) d’une minute à une minute trente, on dénombre seize références à la sexualité des proches féminines de l’adversaire, et pas moins de soixante-trois références à l’homosexualité supposée de ce dernier. De la pragmatique à la psychanalyse. 401-410. Obscene language, and more particularly the very graphic representation of sexual scenes, is one of their most common resources. Il multiplie les injures homophobes (2 : 04, 2 : 15, 2 : 34) et reprend à son compte les poncifs machistes du gros pénis (2 : 37) et de la puissance sexuelle hyperbolique : « Tu ken moins d’bitch que moi » (3 : 01). Disiz fait du Disiz, mais destiné aux ados de 13-15 ans :  les pistes édulcorées s’enchaînent, à chaque fois il semble se poser en moralisateur, fais pas ci, fais pas ça, désolé mais ça m’horripile grandement. The Impact of a Dysfunctional Culture, Louisville, Milton Publishing. Dans le cas étudié, il s’agit de Stunner et Donny S, un rappeur parisien membre du crew Yellow Stone qui participe au sixième combat en tant que concurrent. Rien de tel dans le rap de battle : la réplique pornographique transgressive y est tout simplement, pourrait-on dire, une figure. Dire « salope » ou « pédé » dans le rap est presque aussi automatique que de dire que l’on aime quelqu’un au point de pouvoir en mourir dans un poème romantique, cela ne dit pas nécessairement la vérité de la personne qui assume ce discours, mais témoigne de la force de codes liés à un genre. Sur le plan des rapports entre les genres, l’affirmation d’une hétérosexualité agressive a pu attirer un public masculin nombreux, en ces temps d’acceptation progressive – quoiqu’incomplète – des arguments défendus par les mouvements féministes et LGBT. La maîtrise stylistique se doit d’accompagner une mise en scène de soi comme mâle dominant qui maîtrise les femmes qui l’entourent, à l’inverse de l’adversaire dont les mère, sœur et petite amie sont des délurées incontrôlables qui sèment le trouble – le trouble dans le genre, dirait Judith Butler. Au final, Disiz s’est peut-être enflammé en lâchant ce gros gâteau de 26 parts, à s’y brûler les ailes. Peu importe au final que le jeu soit pratiqué pour la première fois : les mots, les symboles, les postures et les valeurs qu’il engage le dépassent de loin, même si elles ont besoin de ces tumultueux moments d’actualisation pour exister. On peut ainsi poser l’hypothèse selon laquelle la transgression langagière, qui passe par l’évocation d’éléments sexuels explicites de manière inappropriée aux yeux de la société, sert en dernier lieu à une reprise en main symbolique. Il n’est pas question de proposer un modèle alternatif et utopique de société, mais de s’aménager dans les marges un lieu à soi, marqué par le nihilisme, le matérialisme et la valorisation des codes du groupe. Sur douze rappeurs, six viennent de Paris (Alpha Wann, Donny S, Eff Gee, Gaïden, Nekfeu et Srin Po), y compris d’arrondissements réputés plutôt huppés (le quatorzième et le quinzième), et six de la banlieue parisienne (Seine-Saint-Denis pour Deen Burbigo, Logik Konstantine et Pen, Val-d’Oise pour Blackapar et Lunik, Yvelines pour TZN). Florian Finalement, c’est peut être la reconnaissance d’un nouveau public qu’il cherchait, voire le succès commercial, à défaut de préserver une discographie hip-hop excellente jusqu’à aujourd’hui. La beauté des prods et des refrains, la pureté de l’intention, la puissance du flow, les trésors de punchlines… A2H tape d’un grand coup sur la table avec Bipolaire. Le premier tournoi organisé par cette ligue a eu lieu le 11 décembre 2010 dans le dix-neuvième arrondissement de la capitale et a réuni douze rappeurs français ; c’est ce tournoi qui retiendra particulièrement notre attention. De ce bipolaire, on garde tout et on appuie sur repeat. Cette intuition généalogique est confirmée par les linguistes et sociolinguistes spécialisés dans le parler des ghettos noirs américains comme Abrahams (1970, 75). C’est avec une certaine excitation que j’attendais l’album du « A2  putain de H ». 22La spontanéité, nous l’avons vu, constitue l’un des éléments centraux de l’imaginaire du battle. L’accession à ce statut prestigieux nécessite la reconnaissance de deux qualités par les pairs : la maîtrise parfaite d’un ensemble de techniques poétiques et prosodiques, manifestées dans une performance originale, et l’exemplification d’un ensemble de valeurs communes. Le plus souvent, il s’agit de morceaux classiques du hip-hop, sur lesquels les rappeurs doivent improviser un nombre donné de mesures. Ces deux niveaux ne doivent pas nécessairement être compris comme séparés ; à bien des égards, ils se manifestent l’un par l’autre. Il arrive souvent que le perdant félicite son adversaire, le sourire aux lèvres ; certains participants, tel Gaïden, adoptent même une attitude amicale de ce type pendant le match même, acquiesçant et riant à certaines « vannes » de leur rival. Je croit que j'était trop méchante sur ce coup alors pour me pardonner je l'embrassa sur la joue. Évidemment, les valeurs négatives associées à ces éléments ne sont pas propres à l’univers du hip-hop, qui ne fait dans une large mesure que refléter des valeurs présentes dans l’ensemble de la société. Cette répartition des rôles confère de manière apparemment paradoxale aux battles une tonalité homosexuelle évidente. 2 Âme-soeur. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (137.74.114.211) if someone makes a complaint. J'embrassa les mecs et leur dit au revoir pour la centième fois et appela ma soeur pour qu'elle vienne me chercher. Par exemple, Alpha Wann se donne dans son premier tour de parole une image relevant dans cet univers culturel de la masculinité. Sa seule spécificité a été de transformer ces éléments d’insulte et de moquerie en formules extrêmement codifiées, et dont l’usage est si fréquent qu’il ne surprend en rien l’auditeur averti. 19L’usage transgressif d’images pornographiques, homosexuelles le plus souvent, est ainsi bien une figure, voire une figure imposée. En effet, dans l’univers du hip-hop, certains stéréotypes aujourd’hui souvent considérés comme racistes ont été repris par les rappeurs dans un sens valorisant. Je sentie que la voiture avait arrêter de rouler depuis un bon quart d'heure et qu'une personnes me porté avec beaucoup de difficulté. Reblog. Une esthétique hors-la-loi, Paris, Éditions Autrement. Dans d’autres cas le rapport sexuel est décrit directement. Parmi les passionnés de ces tournois, les interminables discussions à propos d’oppositions ayant eu lieu portent souvent sur ce point : lorsque des vers semblent peu spontanés, certains affirment qu’ils ont été écrits à l’avance, ce qui disqualifie le concurrent qui les a prononcés. Florian [C’est une] transformation montrant ce qui est caché, révélant ce qui ne se voit pas, véritable retournement du côté face vers le côté pile, du devant vers le dos, et ce, dirions-nous, en un « tournelangue » (comme on manie un objet habilement et promptement en un tournemain). Il ne s’agit jamais d’affirmer littéralement que son adversaire est homosexuel, mais bien de recourir aux connotations négatives associées à l’homosexualité au sein du système commun de valeurs pour construire des punchlines2. D’ailleurs même Gaïden, qui participe au Rap Contenders, propose lors de ses performances individuelles en tant qu’artiste des textes d’un tout autre type que ceux qu’il déclame lors du tournoi, n’hésitant pas à traiter de thèmes sociaux et politiques. Il existe un certain nombre de thèmes secondaires comme la laideur de l’adversaire ou l’échec de sa carrière musicale, mais tout revient très vite à une évocation plus ou moins indirecte de rapports sexuels, en des termes témoignant de la prégnance d’un imaginaire pornographique. Dans sa chanson de 2006 intitulée « Le Duc de Boulogne », Booba dit par exemple que son rap « est pour les enfants terribles qui ne font aucun effort / Au parcours comme une queue d’négro, long et pénible ». Le degré d’adhésion de chacun à ces symboles et à ces valeurs demeure très variable, et impossible à vérifier de manière certaine. 10Dans le Rap Contenders, plusieurs choix spécifiques ont été opérés par les organisateurs. Alors comme des potes qui se connaissait depuis leur enfance on s'installa sur nos siège et on parla de la meuf de Fonky. En l’absence de trouvailles véritablement inattendues inspirées par l’adversaire et son image, il est toujours peu risqué de se fier aux plaisanteries sexuelles homophobes et misogynes. Voix nouvelles en psychanalyse, Paris, Presses universitaires de France. Nous pourrions citer ici la judicieuse formule de Deborah Root (1996, 78) selon laquelle « l’authenticité est la monnaie en vigueur sur le marché de la différence culturelle » (authenticity is the currency at play in the marketplace of cultural difference). Cette idéologie se nie en effet en tant qu’idéologie, c’est-à-dire en tant que système de valeurs assumé par les locuteurs, pour devenir une sorte de toile de fond rendue visible par ses manifestations indirectes. 32Cette idée se vérifie totalement dans les battles du Rap Contenders, où toutes les évocations de proches féminines de l’adversaire mettent en scène ces dernières dans le cadre de rapports sexuels ou affirment leur propension à s’y adonner de manière incontrôlable. On ne peut que te prendre qu’au sérieux maintenant Eff. A coté de moi une bande de garçon qui fumé . L’immense majorité du public du rap est composé de personnes blanches, et les passionnés de ce genre comptent parmi leurs rangs des personnes d’origine très aisée, ainsi que des femmes et des membres des communautés lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle (LGBT). P’tit pédé de bouffon j’crois qu’c’est des boules de geisha » (4 : 58). Déjà, en écoutant les premiers extrait « Extra Lucide et « Best Day Ever », ça sentait le roussi : un Disiz qui tourne en rond et en légèreté, un parti pris qui ne me touche absolument pas. Arrive enfin Extra-Lucide, un album de … 26 tracks, c’est presque trop riche, qui sonne pour lui comme l’aboutissement, l’opus tant rêvé. Les termes et les images transgressifs sont employés pour mettre à mort l’adversaire, détruisant le personnage dont il s’est doté sur la scène du hip-hop ; il faut le faire quitter symboliquement cette scène, l’expulser hors du jeu et de la communauté : « J’sais pas quand t’as commencé l’rap, mais j’sais qu’ça s’termine dans six minutes », lance Eff Gee à son adversaire (2 : 45). Pour ridiculiser son adversaire Deen Burbigo, Blackapar lui lance par exemple ici lors du battle Rap Contenders qui les oppose : « T’as volé le flow à Fabe » (5 : 01), sous-entendant qu’il n’a pas de style distinct, mais se contente d’imiter ce rappeur parisien légendaire des années 1990. Un mix regroupe tous les morceaux de PNL sortis avant ‘QLF’, Pourquoi vous devez arrêter d’aller voir des vieux rappeurs en concert, Alpha Wann & Hologram Lo’ : « Chirac, c’est un hustler de ouf ». Néanmoins, lors du battle, chacun des acteurs semble connaître sa place et agir en fonction d’elle. Pour ne citer que Nekfeu lors de son battle contre Logik Konstantine : « Quand je t’emmène en ballade t’as mon sexe au cul » (2 : 32), « Et si tu m’vois m’ronger les ongles c’est pour pas m’faire mal quand j’te doigte » (2 : 42), « La nuit j’me défoule contre tes textes [il tape deux fois dans ses mains] c’est le bruit de mes boules contre tes fesses » (7 : 11), « J’attrape tes sales tresses puis te redresse pour te claquer les fesses / Tu n’peux pas m’baiser comme si j’avais mes règles, salope » (7 : 46). La transgression en tant que telle a été revendiquée au sein du hip-hop : le logo Parental Advisory: Explicit Lyrics « Avertissement parental : paroles explicites » imposé en 1985 par la Recording Industry Association of America a par exemple été détourné dans de très nombreux produits dérivés prisés par les passionnés de rap, comme des tee-shirts ou des affiches. L’événement poétique joue un rôle important dans la mesure où il est le lieu d’élection d’acteurs culturels singuliers, chargés par le groupe de faire advenir les codes du hip-hop de manière nouvelle et particulièrement frappante. La performance poétique est le surgissement symbolique des valeurs du groupe. Eminem a-t-il maudit les rappeurs blancs ? Dix livres indispensables autour du rap français, Lil Uzi Vert : la relève est dans les starting blocks, Un dimanche au cimetière avec Butter Bullets, Hamza : « Il y a clairement une remise en question », Tout le monde aime PNL, même Justin Bieber, Top 10 des clips de rap avec de la neige dedans, Cinq beatmakers belges dont il faut retenir le nom, Exclu : le nouveau clip hommage de Liqid & Tcheep, Et là… c’est le drame : ces concerts de rap qui tournent mal, Rap et dépression : bienvenue dans la vraie vie, Sneakers : cinq livres pour devenir addict, « J’aimerais que le ‘street art’ n’existe pas ». Follow. Eff a beaucoup de choses à dire et montre un phrasé vraiment intéressant, ponctué de multiples sonorités qui respire le bon hip-hop. Dans le rap au sens plus général, les chansons parlant de l’homosexualité sont très rares. Mais ce soir-là, Eff Gee, bonnet sur la tête, a les yeux dans le vide. / On ride Paris en trom', en caisse ou en vélo, han ! The State of Sexual Bigotry Today, Westport et Londres, Praeger. La meilleure preuve qu’il s’agit ici de se référer à une idée de la femme en général est l’indistinction totale entre les rapports maternel, fraternel et amoureux. Il n’existe pas de scène proprement dite dans cette salle, mais les spectateurs forment un cypher dans la salle, c’est-à-dire qu’ils entourent les participants en leur laissant un espace similaire à une petite scène. Updated: 02/01/2013 at 6:08 PM, #Posted on Sunday, 25 November 2012 at 9:15 PM, Edited on Sunday, 09 December 2012 at 2:23 PM. Pour le prendre à défaut, son adversaire Lunik s’empare d’un élément de son habillement qui a attiré son attention afin de le féminiser : « Tu crois qu’c’est un collier autour du cou que t’as ? J’y arrive malgré moi, heureusement car cela m’a permis de découvrir « Fukhusima », seul morceau qui en vaille vraiment la peine. Root, Deborah, 1996, Cannibal Culture. Les injures, et en particulier les injures à portée sexuelle, visent à tuer la persona que s’est soigneusement confectionnée l’autre participant. L’image, parmi d’autres du même type, provoque les rires du public et permet à Lunik de gagner ce combat. Le Rap Contenders de décembre 2010 a réuni douze rappeurs dans une salle de taille moyenne du dix-neuvième arrondissement parisien dans laquelle se pressait un public nombreux et très réactif. Dans le rap américain, se décrire comme un « vrai mec » passe souvent par l’emploi d’expressions racialement marquées comme real nigga « vrai négro ». 4 “There is already growing up around rap a wall of myths that excludes crucial features of hip hop’s own history.”, 5  “The mythology (…) is rooted in the reluctance to explore the ways that diverse sexualities have historically been part of hip-hop culture.”, 6  “Some homophobic men have never gotten over their adolescent struggle to develop and maintain a masculine identity, however simplistic the masculine ideal at the core of such an identity might be. Mais ma piste préféré est « Léa », un storytelling incroyable sur les filles en 2012 que A2H a parfaitement cerné. Un album quasi parfait qui surfe sur cette nouvelle génération, cet électron libre du rap français a tout pour faire grande carrière. Cette configuration explique en grande partie le contenu ordurier des couplets proférés par les rappeurs. Le concurrent ou ses proches féminines sont présentés comme les dominés au sein de cette relation, en des termes évoquant l’humiliation. A ce que j'ai compris il était cinq : Alpha Wann , Fonky flay ,Deen burbigo ,Eff Gee . Women must be controlled through language (reduced to hoes, bitches, and skeezers) and sex as a weapon of damage, domination, and control. J'enchaînais les shot de vodka en jouant à « j'ai déjà », et rapidement tous les buveurs d'alcool se retrouvaient … La Joute verbale d’insultes dans la culture de rue, Paris, Éditions des Archives contemporaines. Au-delà des femmes en tant que telles, c’est bien le féminin qui est mis sous tutelle, compris comme un principe d’ambiguïté qui viendrait menacer l’intégrité du sujet masculin « authentique ». »4 Il y aurait d’une part, le hip-hop tel que nous le connaissons au quotidien, comme genre musical diversifié et prisé par la jeunesse de toutes les classes sociales, diffusé sur les chaînes musicales comme sur Internet et commercialisé par la grande distribution, et d’autre part, un hip-hop « à l’état pur », étranger à toute compromission comme à l’élaboration d’univers musicaux hybrides et singuliers, dans lequel régnerait la rugosité de la rue et la transmission de codes et de valeurs légués par les « anciens », inventeurs du rap old school. Cyril Vettorato, « « Ça va être un viol » : Formes et fonctions de l’obscénité langagière dans les joutes verbales de rap », Cahiers de littérature orale [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 27 avril 2014, consulté le 18 novembre 2020. 29La spécificité des valeurs défendues ici, et qui provient en partie des origines du hip-hop et de ses conditions d’apparition comme produit culturel, est l’étroite association entre le féminin et la fausseté. On citera Blackapar : « Mon son tourne dans toutes les caisses un peu comme ta meuf poto » (11) ; Alpha Wann : « Qu’est-ce tu vas faire à part dire à ta mère qu’elle a oublié son slip chez moi » (2 : 55), « J’lâche une info ya… qu’avec toi qu’ta meuf n’est pas une nymphomane » (6 : 14) ; Lunik : « Sa mère est une traînée et c’est d’tous les pénis du quartier que son pubis pue / Elle aurait été blanche elle aurait pris des couleurs à force de s’faire tourner dans tous les sens comme un Rubik’s cube » (7 : 30) ; « Ta chienne de mère et ta sœur sont les groupies que t’as jamais eues / Pendant qu’sur scène tu brailles devant trois spectateurs elles s’font tourner en coulisse par la sécu » (8 :17) ; Gaïden : « Ta meuf est chaude comme un curé sous la soutane » (7 : 23) ; Nekfeu : « T’as pas un centime ta femme l’a senti j’suis gentil j’la fais kiffer comme l’alarme incendie » (2 : 20), « Je passe chez ta tasse et lui rentre cash dans la chatte » (4 : 24) ; et enfin Eff Gee : « Ta bitch t’a quitté, j’la ken avec brutalité » (8 : 19). Ce type d’injures à la mère, la sœur ou la petite amie sont plus valorisées encore lorsqu’elles s’accompagnent d’effets stylistiques originaux par exemple un jeu sur la polysémie d’un mot. Alors que dans un tournoi comme le Scribble Jam, l’improvisation sur fond instrumental est la règle, le Rap Contenders laisse aux rappeurs la liberté de prononcer leurs vers à la vitesse qu’ils souhaitent, et leur reconnaît le droit d’écrire leurs couplets à l’avance. Le rapport sexuel hétérosexuel comme homosexuel est toujours utilisé pour figurer un rapport de domination brutale. soulvimvne . Béthune, Christian, 2003, Le Rap. Par ailleurs, ils prétendent abhorrer l’homosexualité, qui incarne la fausseté et l’inauthenticité par excellence, et passent le plus clair de leurs couplets à se mettre en scène avec leur adversaire du même sexe dans les postures sexuelles les plus explicites. S’agit-il uniquement d’une quête de transgression verbale et morale, porteuse de valeurs contre-culturelles ? Le rappeur Gaïden, vainqueur du troisième battle du tournoi qui l’oppose à Srin Po, lance ainsi au public hilare peu après le début de son couplet : « Eh attendez c’est pas fini ça va être un viol » (2 : 19) ; et de poursuivre avec une série d’évocations explicites de rapports sexuels entre lui et son adversaire. Signaler. Les enregistrements vidéo des battles sont d’ailleurs mis en ligne et abondamment commentés par les passionnés en quête d’un nouveau poulain. Éribon, Didier, 2008, Contre l’égalité et autres chroniques, Paris, Éditions Cartouche. Il n’y a quasiment rien à jeter dans ce premier opus, le single ‘Laisse Faire’ avec Deen Burbigo, décidément dans tous les bons coups, frappe tel un bon uppercut. Dans la plupart des tournois de battles organisés aux États-Unis, un morceau instrumental accompagne la performance, forçant les concurrents à se tenir à une durée limitée. Comme l’a montré Imani Perry (2004, 136), c’est dans une très large mesure cet iconoclasme du rap par rapport aux normes exprimées au sein de la société dans son ensemble qui l’a rendu si attirant. C’est le cas en particulier de l’association des hommes noirs avec une virilité exacerbée. Keyes, Cheryl L., 2002, Rap Music and Street Consciousness, Urbana et Chicago, University of Illinois Press. Elle a autant, sinon plus, fréquenté les tournois de battles dans le film à succès 8 Mile – et sur les sites de partage de vidéos en ligne – que dans le vacarme des salles de concerts. Dans un univers exclusivement masculin et survolté, les plaisanteries salaces offrent l’assurance d’une certaine efficacité pragmatique. Created: 24/11/2012 at 5:51 PM Le rapport homosexuel est dévalorisé, mais envahit les discours de façon troublante. La question sexuelle, et ce sera là notre seconde remarque introductive, imprègne la majorité des rimes des rappeurs de battle. Par exemple en mars 2009, suite à la polémique provoquée entre autres par son titre « Sale pute », le rappeur Orelsan a affirmé partout que les propos haineux tenus dans cette chanson ne reflétaient pas ses positions personnelles sur la question des femmes. Cette thématique haineuse n’est pas exceptionnelle et plusieurs centaines de chansons appartenant à ce genre, y compris de véritables tubes radiophoniques, comportent un thème similaire. Les femmes, hoes « putes » et bitches « salopes » constituent autant de menaces à l’intégrité de la masculinité authentique du rappeur. À partir de l’étude d’un tournoi filmé en 2010 à Paris, nous tenterons de saisir les enjeux de ces transgressions langagières dans les battles de rap. Tous ensemble, please. Pinn, Anthony B., 1997, ‘Gettin’ Grown. Cependant, il n’est jamais directement question de l’homosexualité ni des homosexuels. Les participants, mais aussi par instants les arbitres, adoptent une gestuelle inspirée des boxeurs, sautillant sur place avec les poings en avant. That loving relationships between peers overwhelmingly appear between men and not across gender lines is frequently described as an expression of sexism.”, 8  “According to street wisdom, there were two types of females: There were women, such as your mother, sister and teacher, and there were bitches and hoes. En anglais de la rue, shit, motherfucker ou encore bitch se trouvent détachés de leur sens référentiel initial pour emprunter des sens différents selon les contextes. À partir de ce schéma premier, chaque intervenant élabore des stratégies discursives propres, mais dans lesquelles se manifestent toujours d’une façon ou d’une autre les symboles essentiels – core symbols diraient les anglophones – de la culture commune. La réplique mettant en scène l’adversaire dans un rapport homosexuel, même si elle est peu inventive et ne comporte pas ou peu d’effets sonores ou rythmiques, fait rire le public en raison de son seul contenu. Après avoir dessiner sur son visage ont étaient fatigués et ont décida de dormir.Il était 9 heures du matin quand le train s'arrêta. It’s All One. L’imaginaire des films pornographiques hardcore est tout particulièrement utilisé pour mettre en scène des pratiques sexuelles perçues comme humiliantes : « J’urine sur ta meuf, avec neuf reufs on la fuck dans une teuf et j’fous ça sur un dvd d’cul » (Alpha Wann, 9 : 54), « J’éjacule sur tes sourcils » (Gaïden, 2 : 21), « J’parle pas sur sa maman donc j’dirai pas qu’j’la baise / ni que quand j’la nique j’lui écrase la tête » (Nekfeu, 5 : 57). We will examine more precisely their relationship to the organization of the poetic ritual, as well as with the value system it brings into play in a ludic way. Dans cet art du « viol » verbal, la transgression par l’obscène constitue peut-être en définitive un rappel à l’ordre. Et ni les quelques titres au dessus – « Fukushima », « Combien de Temps ? Pourquoi la marque Supreme est-elle devenue si prisée ? Deux arbitres sont chargés de superviser le déroulement des battles. 23Derrière les mots et les gestes du rituel poétique du battle, se dessine en creux une pensée du monde hantée par l’idée de fausseté. Parfois, la représentation de ce rapport de force stylisé sous la forme d’une relation charnelle homosexuelle opère un certain nombre de détours qui permettent d’éviter le tabou. Je pris ma valise et alla dire au revoir au mecs. 8Au-delà des considérations sociologiques, le « quartier » peut bien être qualifié de métaphore dans la mesure où il trouve son sens par rapport à un ensemble de valeurs et d’images connexes, formant une sorte de réseau de significations. S’il décide de mimer la colère et l’agressivité, comme le fait Lunik lors de son battle contre Alpha Wann, cela doit être une colère et une agressivité stylisées. Je pris une clope et me rendis conte que j'avais pas de briquer sur moi . Que répondre à ton ami qui n’aime pas le dernier Dr Dre ? Seules sont échangées des rimes assassines, réduisant le contenu des couplets à un but d’agression. Son morceau « Ennemi Public » montre pour moi tout l’étendu du talent de ce garçon qui tourne en dérision sa « mauvaise » réputation.
Changer De Fac Pour Le Master, Prier Fajr Avec Sa Femme, Terrain à Vendre Los Angeles, Champlain College Lennoxville, Formation Agent De Laboratoire, Elle Tient Chaud L'hiver En 10 Lettres, âge De Maeva Ghennam, Déesse De La Chasse, Liste Des Super-héros Et Leurs Pouvoirs, Comment Bien Préparer Sa Première Année De Droit,