Le 11 novembre 1493, jour de la fête de saint Martin de Tours, Colomb baptise Saint-Martin une île aperçue au large ; une autre petite île aperçue à l'horizon reçoit le nom de Saint-Barthélemy en référence à son frère Bartolomeo. Christophe Colombo est natif de la Corse, Calvi. Le 12 février, la Pinta, commandée par Alonso Pinzón, disparaît de nouveau lors d'une tempête. C'est aussi dans ce lieu qu'au fil des années les trois fils de Diego seront inhumés. Au XVe siècle, les navires de mer dérivent pour la plupart des caraques arabes. Le convoi est attaqué par les Français et Christophe Colomb se réfugie dans la ville portugaise de Lagos puis part chez son frère Bartolomeo Colomb, cartographe à Lisbonne. Si le nom de Colomb est associé à plusieurs terres d'Amérique (Colombie, Grande Colombie, Colombie-Britannique) celui d' « Amérique » est donnée d'après l'explorateur Amerigo Vespucci. Cependant, les affirmations d'Henry Vignaud sur une supercherie de Colomb qui aurait inventé cette correspondance de Toscanelli après son premier voyage n'est pas plus documentée[18]. Une lettre pour tous les passionnés d'Histoire, Publié ou mis à jour le : 2020-08-11 18:22:11. Une grande inquiétude finit par s'installer au sein de l'équipage. » Guy Martinière, « 1492, les historiens et Colomb » dans, En l'absence d'actes de baptêmes de Christophe Colomb, sa date et son lieu de naissance ont été longtemps discutés. C'est grâce à l'intervention du trésorier de la maison du roi, Louis de Santangel, ainsi que du prieur des dominicains de San Esteban de Salamanque, frère Diego de Deza, d'Hernando de Talavera, et de Juan Cabrero[28] que le projet est approuvé par la reine, quand il met en balance les retombées économiques potentielles — la découverte d'une nouvelle route vers les Indes permettrait de s'affranchir des intermédiaires orientaux — comparées à la modeste mise de fonds initiale requise[29]. Christophe Colomb a écrit dans son testament qu'il était originaire de Gênes. Il la retrouve en proie à des troubles sévères orchestrés par Francisco Roldan que son frère Bartolomeo, capitaine général et président du Conseil des gouverneurs, a bien du mal à circonscrire. Qui ne connaît la Santa Maria ? Amerigo Vespucci est le premier navigateur à affirmer avoir découvert un Nouveau Monde qui n'est pas les Indes. En 1495, de retour de son second voyage, Colomb envoya 550 Indiens, enchaînés à Séville afin de les vendre comme esclaves. Son père pourrait être originaire du village de Terrarossa, près de Gênes, ce qui pourrait expliquer qu'on l'ait appelé ainsi que son frère. Fernand Colomb et Bartolomé de las Casas citent une lettre écrite par Paolo Toscanelli le 23 juin 1474 à Fernam Martins pour éclairer le roi du Portugal Alphonse V et qui aurait été transmise à Christophe Colomb deux à trois ans plus tard par Toscanelli. Il décide donc de repartir en voyage d'exploration pour essayer de trouver plus loin à l'ouest des Caraïbes le passage permettant d'atteindre les riches royaumes de l'Inde, toujours persuadé que Cuba est la province chinoise de Mangi. Deux jours plus tard, le 6 décembre, la Niña et la Santa María mouillent dans une baie de l'île de Bohio (en réalité au « môle Saint-Nicolas » au nord-ouest d'Haïti), Colomb la baptise du nom d'Hispaniola (« L'Espagnole »), car elle lui rappelle les campagnes de la Castille. Territoires visités : Saint-Vincent, Grenade, Trinité, Margarita. Les Vikings ont construit des installations permanentes au Groenland et dans le nord du Canada contemporain entre le Xe et le XIIIe siècle, dans la temporaire Colonisation viking des Amériques. Il a fait 2 565 notes en marge de ces livres, 877 dans les traités de Pierre d'Ailly dont 475 pour l'Imago Mundi[10]. Le 17 avril 1492, il signe près de Grenade, avec les Rois catholiques, les capitulations de Santa Fe, qui lui octroient notamment le titre de noblesse héréditaire d'« amiral de la mer Océane »[30], les titres de Vice-Roi et de Gouverneur général des territoires qu'il pourrait découvrir (la couronne d'Espagne lui accordant à cet effet des armoiries)[31], un dixième des richesses qu'il en retirerait[32] et un huitième du profit de son expédition[33]. Ceux-ci lui apportent du coton, des perroquets et d'autres objets. L’expédition de Christophe Colomb s’est déroulée en 1492, et c’est à bord de la caraque (grand navire) Santa María, accompagnée des caravelles (petits voiliers) (la Pinta et la Niña), qu’il entame la première … Les indigènes sont d'autant mieux traités que Colomb les pense proche de ce souverain. Parmi ceux qui ont vécu aux côtés de l'Amiral, on recense les livres de Bartolomé de Las Casas, Fernand Colomb et Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés. Cette liste figure au complet dans Bartolomé et Lucile Bennassar, Christophe Colomb raconté par son fils, Perrin 1986, page 71. «Historia de Las Indias» (Bartholomé de Las Casas, 1474-1566). Il revient à La Isabela le 29 septembre, malade et déprimé, premiers signes d'une dégradation de son état de santé, due en grande partie à l'arthrite[51]. Les équipages vont y survivre un an. Il convient donc d'utiliser ses informations avec circonspection. Dès son retour à Palos, Colomb , reçu en héros par le roi et la reine d'Espagne, prépare rapidement une nouvelle expédition beaucoup plus ambitieuse avec une flotte de 17 navires et environ 1 500 hommes dont 700 colons et 12 missionnaires, ainsi que des chevaux (les premiers importés sur le continent américain), des bêtes de somme et du bétail. Avant cela, au moment où la flotte fait escale à La Gomera (aux îles Canaries), trois navires commandés par Harana, Carjaval et Giovanni Colomb, partent directement ravitailler les colons d'Hispaniola[60]. Henry Vignaud a critiqué les affirmations du fils de Christophe Colomb et de Las Casas sur l'existence de cette carte[17]. 24 octobre 1492 : Colomb fait mettre sur la nef la grand voile et ses deux bonnettes, la trinquette, la civadière, la mi-saine, l'artimon et celle du château de poupe (note). » (note), En dépit de ces récits troublants, l'histoire officielle n'a voulu retenir depuis le XVIe siècle que la version du fils de Christophe Colomb, Fernando (note). Depuis cette date, les autorités de la République dominicaine affirment que le corps transféré à Cuba n'était pas celui de Colomb. »[34] Deux documents écrits permettent de suivre les navires de l'explorateur : le Journal, dans la version donnée par Bartolomé de Las Casas, et la lettre à Santangel, écrite le 14 février 1493 sur la route du retour, sorte de bilan de son expédition adressée en Espagne. Dans la matinée, Colomb et les frères Pinzón prennent place dans une barque. Les Indiens fuient et se réfugient dans les montagnes, abandonnant leurs activités agricoles, cédant au désespoir. En 1897 Celso Garcia de la Reiga consacrait un livre au sujet : «La Gallega» nave capitana de Colón. 5). On estime qu'elle faisait 26 mètres de long et jaugeait une centaine de tonneaux. La Gallega n'est pas la Santa Maria. Il meurt le 20 mai 1506 à Valladolid entouré de ses fils et de son frère, après avoir établi un testament qui confirme en particulier le majorat établi au profit de son fils aîné Diego. Tout au contraire, elles nous paraissent exactement l'expression normale de la pensée géographique de son époque, « C'était un peuple doux, pacifique et très simple », « Puis, quand les chaloupes se rendirent à terre pour y renouveler les provisions d'eau, ces Indiens non seulement s’empressèrent d'indiquer les meilleures sources, mais encore se mirent à la disposition des matelots pour emplir les tonneaux et les reporter aux bateaux », « En deux siècles, dix générations d'historiens ont fait de 1492 un véritable laboratoire de l'écriture de l'Histoire. Il manque de peu de mourir de la malaria en Jamaïque, où il est secouru par les Indiens. Colomb souhaite découvrir des terres au sud des Antilles, c'est pourquoi il descend d'abord jusqu'aux îles du Cap-Vert pour ensuite mettre le cap à l'ouest. Se rendre vers l'Asie via le Moyen Orient (la Route de la Soie) ne se fait déjà plus uniquement, à l'époque du troisième voyage de Colomb, comme à l'époque de Marco Polo qu'il prend en exemple (grâce aux expéditions portugaises initiées par Henri le Navigateur depuis le port de Sagres, Vasco de Gama va atteindre les Indes via un contournement de l'Afrique par le Sud en 1497-1499). Il se rend avec son fils au monastère de La Rábida à Palos de la Frontera, où deux moines auxquels il se lie, Juan Pérez (es) et Antonio de Marchena (es), lui suggèrent de se rendre à Cordoue auprès de la reine Isabelle. La relation privilégiée établie entre l'Europe et le continent américain, la domination exercée par ces « deux mondes » du Nord sur l'ensemble planétaire ont permis d'élaborer un modèle d'interprétation où les voyages de découvertes maritimes, au centre desquels se trouve celui de Christophe Colomb, sont devenus le symbole de la naissance des Temps modernes dans l'Histoire universelle. Colomb repart pour l'Espagne le 20 avril 1496 amenant avec lui 500 Arawaks. Les habitants locaux se montrent plutôt craintifs, pensant que les Espagnols viennent du ciel. 18 décembre 1492 : « il ordonna de pavoiser la nef et la caravelle d'armoiries et d'étendards pour la fête de Sainte Marie d'O et de l'Annonciation. Il effectue en tout quatre voyages en tant que navigateur pour le compte des souverains espagnols, qui le nomment avant son premier départ amiral, vice-roi des Indes et gouverneur général des territoires qu'il découvrirait. Deux cents d'entre eux moururent au cours de la traversée[61]. Filipa meurt peu de temps après la naissance de leur seul fils, Diego Colomb, né possiblement en 1480 sur l'île Porto Santo (son second fils, Fernand, naîtra en 1488 d'une liaison avec Beatriz Enríquez de Arana). Ils entrent en fait dans la mer des Sargasses, région située à environ 1 600 kilomètres des côtes américaines. Colomb craint de ne pas arriver en Espagne pour conter ses découvertes, il consigne celles-ci sur un parchemin qu'il entoure d'une toile cirée et met dans un tonneau qu'il jette à la mer, demandant à celui qui le découvrira de porter le parchemin au roi d'Espagne. Et il recevra de grosses sommes sur les revenus des Indes — avec des retards et incomplètement, il est vrai. «La vie et les voyages de Christophe Colomb» (1538, «La découverte du nouveau monde», Albin Michel, Paris, 1966). N'ayant obtenu la confiance du Conseil du roi de France, il se convertit à l'islam pour augmenter les chances d'obtenir la confiance des dirigeants musulmans de la péninsule Ibérique. Les secours arrivent finalement à la fin juin 1504. Denis Crouzet précise que, si les « violences internes à la communauté des colons » s'en trouvèrent apaisées, les Indiens quant à eux furent plus directement exposés aux mauvais traitements et cela fut sans nul doute un « facteur d'aggravation du collapsus démographique » observé dans l'île[84]. Dans la bande-dessinée uchronique Jour J, la Reconquista n'a pas eu lieu, les Maures sont maîtres de la péninsule Ibérique. Selon une tradition médiévale, une femme aurait vu le Christ porter sa croix vers le lieu de son supplice et, prise de pitié, aurait essuyé le visage du condamné avec son voile. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les conditions de vie pour les colons étaient globalement mauvaise dans les premiers établissements. Le vrai Christophe Colomb et la légende » (compte-rendu), dans, « Dans ce vaste courant de curiosité, dans cette recherche constamment poursuivie avec la même passion, les idées de Colomb ne s'inscrivent pas à contre-courant. Le 15 juin 1502, il accoste au Carbet en Martinique, le 18, il atteint la Dominique et parvient le 24 devant Saint-Domingue[69]. François Ier : « tout est perdu fors l’honneur ». Les évaluations initiales par les colons ont toutes été manipulées dans le sens qui leur convenait le mieux, expliquant ces écarts immenses. Colomb attend six semaines avant que les souverains le libèrent et l'invitent à les rejoindre à la cour, le réconfortant d'un don de 2 000 ducats[63]. En 1476, il embarque sur un convoi en partance pour Lisbonne puis l'Angleterre. Seule une relation abrégée écrite par Colomb vers les mois de juin/juillet 1503 à destination des rois est parvenue jusqu'à nous[68]. De plus, les vivres et l'eau douce commencent à faire défaut. Il reste en contact avec eux par lettres et par l'envoi d'émissaires, dont Amerigo Vespucci. D'une façon générale, peu après la découvertes, les relations des marins et des colons espagnols avec les indiens étaient inspirées de l'ordre féodal. D'où vient l'erreur ? Même s'il est probable que Francisco de Bobadilla ait noirci le tableau pour mieux évincer Colomb et ses frères, plusieurs historiens conviennent que leur régime était probablement tyrannique[86],[87]. Elle eurent une influence importante sur la démographie de l'Amérique hispanophone en favorisant un métissage à très grande échelle et un peuplement rapide des territoires sous domination espagnole par des populations métissées hispanophones (à l'exception des régions andines du Pérou, d'Équateur et de Bolivie où les populations amérindiennes conservèrent un développement séparé plus longtemps) et assirent l'autorité de la couronne chez les amérindiens contre le colons. Aristote, Albert le Grand et saint Thomas d'Aquin admettaient la sphéricité de la Terre et cette doctrine était enseignée par les dominicains espagnols[15],[16]. Il est acquis que Colomb n'a pas été le premier Européen à voyager aux Amériques. Depuis lors, tous les livres scolaires d'histoire du monde écrivent faussement: « Les trois caravelles de Christophe Colomb: la Pinta, la Niña, et la Santa Maria » ! Christophe Colomb (en italien : Cristoforo Colombo ; en espagnol : Cristóbal Colón), né en 1451 sur le territoire de la république de Gênes et mort le 20 mai 1506 à Valladolid, est un navigateur génois au service des monarques catholiques Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon célèbre pour avoir « découvert l'Amérique » en 1492. Six ans après le décès de Christophe Colomb, la monarchie Espagnole promulga les Lois de Burgos en 1512 afin de protéger les autochtones. Malgré l'interdiction royale d'aborder à cette île, Colomb a senti l'imminence d'un cyclone tropical et souhaite abriter sa flotte. En 1898, quand Cuba devient indépendante après la guerre hispano-américaine, les restes de Colomb reviennent en Espagne[80] et un tombeau monumental est construit dans la cathédrale de Séville. Le 4 mars, Colomb arrive dans l'estuaire du Tage. Un Espagnol, Diego Méndez, et quelques indigènes pagayent en canoë pour obtenir de l'aide de Hispaniola, mais le gouverneur, Nicolás de Ovando, qui déteste Colomb, fait obstruction à tous les efforts de sauvetage. Puis en 1529, Diego fait transférer les restes de Christophe Colomb dans la chapelle Sainte-Anne du monastère de la Cartuja à Séville où il avait trouvé refuge après son troisième voyage. Il a noté en marge de l'Imago Mundi qu'il a navigué jusqu'au fort portugais de la Mine, vers 1482. Colomb navigue le long des côtes de l'actuel Costa Rica (île Uvita baptisée alors La Huerta), du Veragua et du Panama jusqu'en juin 1503. En définitive, la caraque de l'Amiral fut construite en Galice, la province atlantique espagnole située au nord du Portugal. Christophe Colomb se perfectionne alors dans les sciences de la navigation, peut-être avec son frère ou avec les cartes que son épouse avait peut-être apportées en dot : les cartes des vents et des courants des possessions portugaises de l'Atlantique qui, peut-être, appartenaient à Bartolomeu Perestrelo[13]. En 1541[79], conformément aux volontés du défunt, la veuve de Diego obtient de Charles Quint que la dépouille soit transférée dans la cathédrale Notre-Dame de l'Incarnation de la ville de Saint-Domingue. Le 3 août 1492, Colomb est au départ à Palos de la Frontera (Huelva) avec trois navires — deux caravelles, la Pinta et la Niña (choisie par le capitaine Martín Alonso Pinzón, qui l'a précédemment louée), et une caraque, la Santa María (qui ne prendra ce nom que lors des voyages ultérieurs de Colomb[37]) — et pas plus de 90 membres d'équipage[38]. », « […] les idées de Colomb ne s'inscrivent pas à contre-courant. Deux cents meurent durant la traversée ; les survivants sont vendus comme esclaves[54]. Colomb et son équipage se comportaient avec les idées de cette fin de Moyen Âge. Et accédez à des documents multimédia, exclusifs et surprenants ! C'était une caravelle redonda (note) construite à Moguer, qui avait pris le nom de la patronne de cette cité : Santa Clara. Colomb doit se résoudre à laisser 39 hommes sur place dans un petit fortin édifié dans la baie de La Navidad (située non loin de l'actuelle ville de Cap-Haïtien), avec le bois récupéré sur le navire échoué[43]. Las Casas, compagnon de Colomb qui évalue cette population initiale à 3 à 4 millions (maximum), le minimum est de 60.000 par un recensement de Colomb. Ce nombre paraissant exagéré à Christophe Colomb, il l'a transformé en adoptant pour valeur de la lieue marine la valeur de 4 milles. Puis il repart vers le nord en direction d'Hispaniola. Une bulle papale de 1537 condamna l'esclavage dans les colonies espagnols, obligeant l'Espagne à promulguer en 1542 les Leyes Nuevas, mieux appliquées. Des relations amicales se nouent cependant et les marins reçoivent un peu d'or. Colomb s'était fait connaître de plusieurs cours européennes avant d'obtenir l'accord de la Couronne espagnole (en se rendant notamment auprès du roi Jean II du Portugal qui l'éconduira); la réussite de son projet incita par la suite plusieurs pays à créer eux aussi des expéditions du côté Est de l'Atlantique. Le nom exact du port de départ de Christophe Colomb est : Palos de Moguer…. Jusqu'au bout, l'Amiral gardera des amis fidèles, parmi lesquels d'importants personnages. Le 2 février, il renvoie en Espagne douze bâtiments sous le commandement d'Antonio de Torres, à qui il confie un rapport destiné aux souverains catholiques, document qui a été conservé[47]. Pour les articles ayant des titres homophones, voir, Portrait présumé de Christophe Colomb, attribué à, Cependant, pour des raisons différentes, ces expéditions sont restées confidentielles. La tradition gênoise aurait pu pousser Colomb à appeler son bateau amiral Santa Maria : « Dans ces années 1460-1470, toutes les nefs gênoises, sans exception, se placent sous l'invocation du christianisme et s'affirment des vaisseaux de la foi. Mais les marins en ont assez de leur vie dans ces îles, ils veulent rentrer en Europe. Mettre en place des expéditions est bien plus avantageux pour les Couronnes qui peuvent escompter en retour des biens précieux et des expansions territoriales : son impact est donc planétaire. Il a participé à la rédaction du Guide Gallimard sur Haïti. Il est reçu par cette dernière en janvier 1486, mais une réponse négative lui est à nouveau rendue en 1490. Il semble qu'il y ait eu confusion dans les notes de Fernando Colomb entre les bateaux du premier voyage et ceux du second. Il le baptise du nom du Christ : San Salvador (Guanahani pour les Indiens Taïnos) et s'en fait nommer vice-roi et gouverneur général. Le vent finit par se lever à nouveau, mais les jours passent, et aucune terre n'est en vue. Comme l'écrit Jacques Heers : « Pour nous en tenir au temps de Colomb, de tous les voyages maritimes du temps (…) aucun ne peut être connu (…) avec tant de minutie et de sérieux. Cela fait deux ans et neuf mois qu'il avait quitté l'île. Christophe Colomb, né en 1451 sur le territoire de la république de Gênes et mort le 20 mai 1506 à Valladolid, est un navigateur génois au service des monarques catholiques Isabelle de Castille et … Christophe Colomb découvre donc l'Amérique et en prend possession au nom d'Allah et de l'émir de Cordoue. La Pinta et la Niña sont probablement des surnoms. Appellation a posteriori de Las Casas car Colomb n'avait pas encore été nommé amiral. Cependant, à l'occasion du 400e anniversaire de sa découverte de l'Amérique, de nombreuses régions se sont revendiquées être son lieu de naissance[4],[5]. Fin octobre 1500, enchaîné dans la cale, il débarque à Cadix, humilié et accusé[62]. », almirante en todas aquellas islas y tierras firmes que por su mano o industria se descubriran o ganaran en las dichas Mares Oceanas para durante su vida, y después del muerto, a sus herederos e successores, que Vuestras Altezas fazen al dicho don Christoval su Visorey e Governador General en todas las dichas tierras firmes e yslas que como dicho es el descubriere o ganare en las dichas mares, de todas e qualesquiere mercadurias […], que se compraren, trocaren, fallaren, ganaren e hovieren dentro en los limites de dicho Almirantazgo, […] que haya e lieve para si la dezena parte de todo ello, haya e lieve del provecho la ochena parte de lo que resultare de la tal armada. On sait que son père y a résidé dès 1439. Le 13 septembre 1501, Nicolás de Ovando est nommé gouverneur et magistrat suprême des îles des Indes. À moins de cinquante milles du cap Corrientes (es), Colomb décide que Cuba est bien une péninsule du continent asiatique. Par les écrits de Christophe Colomb, on sait qu'il a puisé ses idées sur les dimensions de la Terre de ses lectures de l'Imago Mundi de Pierre d'Ailly dont la rédaction a été terminée en 1410, l'Historia rerum ubique gestarum de Pie II (1477), du De consuetudinibus et conditionibus orientalium regionum (une traduction latine du Devisement du Monde de Marco Polo, publiée à Anvers en 1485), d'une traduction en italien de l'Histoire naturelle de Pline l'Ancien, de la traduction en castillan des Vies parallèles des hommes illustres de Plutarque et la Géographie de Claude Ptolémée dans une édition parue à Rome en 1478.
Sociologie De Profession, Le Jeu De La Mort Analyse, Partage Smb Windows 10, Master Aéronautique Et Espace Poitiers, Simon Porte Jacquemus Et Sa Femme, Hernani Acte 5, La Roue Tourne En Latin, Maison Américaine France, Soldes Plantes Vertes, Vente Flash Alcool, Théorème De Gauss, Les Bébés Naissent Dans Les Choux, Exercices De Maths 3ème,